Les passeports brésiliens de Kim Jong-un et Kim Jong-il

Kim Jong-un, le dirigeant actuel de la Corée du Nord, et son père Kim Jong-il, mort le 17 décembre 2011, ont utilisé des passeports brésiliens, émis aux noms de Joseph Pwag et d’Ijong Tchoi pour demander des visas auprès de pays occidentaux, affirment plusieurs sources proches de services de sécurité d’Europe de l’Ouest, rapporte l’agence Reuters.

Ces deux documents portent un tampon de l’ambassade du Brésil à Prague avec la date d’émission du 26 février 1996.

Obtenir des visas
« Ils ont utilisé ces passeports brésiliens, sur lesquels on voit sans ambiguïté les photos de Kim Jong-un et de Kim Jong-il, pour tenter d’obtenir des visas auprès d’ambassades étrangères », relève une des sources citées par Reuters.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Des documents rendus publics par l’agence de presse Reuters montrent que le dirigeant nord-coréen et son père Kim Jong-il avaient obtenu des passeports légaux brésiliens, mais faits sous de fausses identités, afin de pouvoir voyager dans des pays occidentaux.

Sur un passeport émis le 26 février 1996, Kim Jong-un est devenu Josef Pwag, un citoyen brésilien né le 1er février 1983, un an avant sa véritable date de naissance.

Le quotidien révélait alors que le leader nord-coréen s’était rendu au Japon en 1991 et que les services secrets du pays avaient retrouvé des traces de sa visite.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Plusieurs services de renseignement auraient désormais la certitude que l’actuel dictateur nord-coréen Kim Jong-un et son père Kim Jong-il utilisaient des passeports brésiliens et de fausses identités pour voyager dans le monde dans les années 1990.

Selon ces documents, Kim Jong-un disposait d’un passeport émis le 26 février 1996 au nom de Josef Pwag, un citoyen brésilien né le 1er février 1983.

Kim fils à Tokyo Disneyland en 1991A l’époque, le journal avait expliqué que les services de renseignement nippons avaient retrouvé la trace d’une visite de Kim Jong-un à Tokyo Disneyland en mai 1991.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…