Les États-Unis et Israël se retirent de l’Unesco

2

A la suite de cette annonce, le premier ministre Benjamin Nétanyahou a donné pour instruction au ministère des Affaires étrangères de «préparer le retrait d’Israël, membre de l’organisation depuis 1949, parallèlement aux Etats-Unis» avant d’ajouter, «l’Unesco est devenue le théâtre de l’absurde où l’on déforme l’histoire au lieu de la préserver».

Le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco a inscrit la vieille ville de Hébron sur cette liste en tant que site «d’une valeur universelle exceptionnelle».

Quelques mois plus tôt, l’Unesco avait identifié Israël comme une force d’occupation à Jérusalem.

»

EDEN School Publicité
EDEN School L'école digitale et numérique des 14/18 ans en rupture scolaire

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

La directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, a annoncé ce jeudi 12 octobre avoir été informée par le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, de la décision des Etats-Unis de se retirer de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, accusant la l’institution d’être « anti-israélienne ».

Retrait israélien
Washington a très mal réagi en juillet lorsque l’Unesco a inscrit la vieille ville d’Hebron, en Cisjordanie occupée, en « zone protégée » du patrimoine mondial, qualifiant cette décision d’« affront à l’histoire ».

Le Premier ministre Benyamin Netanyahu « a donné pour instruction au ministère des Affaires étrangères de préparer le retrait d’Israël de l’organisation, parallèlement aux Etats-Unis », a dit son bureau dans un communiqué.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Jeudi 12 octobre, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) a annoncé que les Etats-Unis quittaient ses rangs.

« Cette décision n’a pas été prise à la légère, et reflète les inquiétudes des Etats-Unis concernant l’accumulation des arriérés à l’Unesco, la nécessité d’une réforme en profondeur de l’organisation et ses partis pris anti-israéliens persistants », a précisé le département d’Etat américain dans un communiqué.Dans la foulée, Israël a annoncé qu’elle quittait également l’organisation.

« L’universalité est essentielle à la mission de l’Unesco pour construire la paix et la sécurité internationales face à la haine et à la violence, par la défense des droits de l’Homme et de la dignité humaine », a déclaré sa directrice générale, Irina Bokova.Washington avait prévenu début juillet de son intention de réexaminer ses liens avec l’Unesco après sa décision de déclarer la vieille ville de Hébron, en Cisjordanie occupée, « zone protégée » du patrimoine mondial.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

Un vote symbolique qui provoque l’arrêt immédiat du financement de l’institution par les États-Unis, amis d’Israël.

Une choix fort du président de l’époque Barack Obama, qui, avec cette décision ampute le budget annuel de l’institution onusienne de 22%

• 2013: les États-Unis perdent leur droit de vote

Deux ans plus tard, les États-Unis et Israël, qui avait également cessé de payer, perdent automatiquement leur droit de vote au sein de l’agence onusienne.

Haut lieu de tensions, Hébron abrite une population de 200.000 Palestiniens et de quelque centaines de colons israéliens, qui sont retranchés dans une enclave protégée par des soldats près du lieu saint que les juifs désignent sous le nom de tombeau des Patriarches et les musulmans mosquée d’Ibrahim.

Lire la suite sur www.huffingtonpost.fr…

Les Etats-Unis souhaitent conserver un statut d’observateur à l’Unesco, a précisé le Département d’Etat américain, en lieu et place de leur représentation à l’agence onusienne basée à Paris.

Cette décision, qualifiée d’« affront à l’Histoire », « discrédite encore plus une agence onusienne déjà hautement discutable », avait alors déclaré l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley.Aujourd’hui encore, les Etats-Unis expliquent que leur retrait « reflète [leur] inquiétudes concernant l’accumulation des arriérés à l’Unesco, la nécessité d’une réforme en profondeur de l’organisation, et ses partis pris anti-israéliens persistants ».

L’Unesco regrette « profondément »« Je regrette profondément la décision des Etats-Unis d’Amérique de se retirer de l’Unesco, dont j’ai reçu la notification officielle par lettre du secrétaire d’Etat américain M. Rex Tillerson », a immédiatement réagi la directrice générale de l’organisation, Irina Bokova.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

« Cette décision n’a pas été prise à la légère, et reflète les inquiétudes des Etats-Unis concernant l’accumulation des arriérés à l’Unesco, la nécessité d’une réforme en profondeur de l’organisation, et ses partis pris anti-israéliens persistants », écrit ainsi le département d’Etat dans un communiqué.Pourquoi ce n’est pas une premièreComprendre : la situation budgétaire de l’Unesco est catastrophique ; Donald Trump attend une réforme de l’ONU qu’il juge trop bureaucratique et trop subventionnée par son pays ; l’admission des Palestiniens à l’Unesco en 2011 n’a toujours pas été digérée à Washington.

Trois bémols sont toutefois à apporter à ce départ : les Etats-Unis souhaitent garder un statut d’observateur au sein de l’Unesco ; le retrait ne sera effectif qu’à compter du 31 décembre 2018, conformément aux statuts de l’organisation ; et il n’est pas définitif.

La raison officielle est que ce statut permettra de continuer d’apporter la « vision » et « l’expertise » américaines « sur certains dossiers importants gérés par l’organisation », notamment « la protection du patrimoine mondial, la défense de la liberté de la presse » et la promotion des sciences et de l’éducation.

Lire la suite sur www.lejdd.fr…

Le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco a inscrit la vieille ville d’Hébron sur cette liste en tant que site « d’une valeur universelle exceptionnelle ».

Haut lieu de tensions, Hébron abrite une population de 200.000 Palestiniens et de quelque centaines de colons israéliens, qui sont retranchés dans une enclave protégée par des soldats près du lieu saint que les juifs désignent sous le nom de tombeau des Patriarches et les musulmans mosquée d’Ibrahim.

« Je regrette profondément la décision des États-Unis d’Amérique de se retirer de l’Unesco, dont j’ai reçu la notification officielle par lettre du Secrétaire d’Etat Américain Rex Tillerson », a  déclaré Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco.

Lire la suite sur www.letelegramme.fr…

Israël a salué ce jeudi l’annonce du retrait des Etats-Unis de l’Unesco comme le début d’une « nouvelle ère » aux Nations unies, avant de fait savoir qu’il se retire également de l’organisation onusienne.

« L’Unesco est devenue un champ de bataille pour dénigrer Israël, négligeant son rôle et son propos véritables.

La décision prise aujourd’hui (par les Etats-Unis) marque un tournant pour l’Unesco: les résolutions absurdes et honteuses adoptées par cette organisation contre Israël ont des conséquences », a-t-il ajouté.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…