Les élus présentent leur projet pour remplacer Obamacare

Déjà baptisé « Trumpcare », le plan abroge l’essentiel du texte adopté en 2010.

Pour les républicains, démanteler Obamacare est la priorité absolue du mandat de Donald Trump.

Ce nouveau plan, que les démocrates ont déjà baptisé « Trumpcare » et qui a été élaboré avec l’entourage du président, constitue le point de départ d’une bataille au Congrès qui s’annonce longue et difficile, les républicains étant eux-mêmes divisés sur la meilleure façon de procéder.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

But visé par les républicains: réduire les coûts et permettre, au lieu d’une obligation de s’assurer, une couverture plus accessible aux consommateurs, ce qui s’avère complexe dans un système de santé qui repose essentiellement sur le privé.

Seul un peu plus d’un tiers bénéficient d’une couverture publique, à travers Medicare, pour les plus de 65 ans, et Medicaid, pour les plus défavorisés.

Pour compenser le gel des subventions, le projet prévoit un crédit d’impôt, de 2000 à 14 000 dollars par individu, qui permettrait d’aider des Américains défavorisés à payer des assurances privées.

Lire la suite sur www.letemps.ch…

Lire la suite sur www.courrier-picard.fr…

Le pr�sident am�ricain Donald Trump faisait face mardi � une fronde de l’aile conservatrice de la majorit� r�publicaine, qui menace de torpiller le projet � peine d�voil� d’abrogation et de remplacement de la r�forme du syst�me de sant� de Barack Obama.

Un certain nombre d’�lus de l’aile droite estiment que le projet r�publicain, qui maintiendrait de substantielles aides publiques pour aider les Am�ricains � payer leur couverture-maladie, abandonne les principes conservateurs de d�sengagement de l’Etat et de lib�ralisation du march� des assurances priv�es.

Si les rebelles de cette faction, issus du Tea Party, �taient suffisamment nombreux et d�termin�s, ils pourraient faire �chouer la r�forme, l’une des promesses phares de campagne de Donald Trump et de la majorit�, dont c’est le premier grand chantier l�gislatif de l’ann�e.
�Nous allons faire quelque chose de grand�, a d�clar� le pr�sident lors d’une rencontre avec des �lus � la Maison Blanche.

Lire la suite sur www.20min.ch…

Le texte défendu par les républicains de la Chambre des représentants propose de supprimer l’assurance-maladie accordée à pratiquement tous les Américains par la réforme d’Obama et de la remplacer par un système de crédit d’impôt pour inciter les gens à souscrire une assurance privée sur le marché.

Le texte républicain propose notamment de geler l’adhésion au programme Medicaid destiné aux plus pauvres, étendu par l’Obamacare à quelque 20 millions de personnes supplémentaires, à partir du 1er janvier 2020.

« Notre proposition de loi transfère le pouvoir de Washington vers le peuple américain », a commenté dans un communiqué l’un des promoteurs du texte, Kevin Brady, reprenant à son compte l’une des expressions favorites de Donald Trump.

Lire la suite sur ici.radio-canada.ca…

Le groupe Etat islamique (EI) perd chaque jour du terrain, que ce soit dans son fief irakien de Mossoul, où il a cédé trois nouveaux quartiers, ou en Syrie, dans la province d’Alep et autour de son bastion de Raqa.

L’EI avait montré ces destructions dans une vidéo qui avait provoqué un tollé international, des experts les comparant à la démolition des Bouddhas de Bamiyan par les talibans en Afghanistan en 2001.

Ce fleuve est enjambé par cinq ponts, tous endommagés ou détruits, que ce soit par l’EI ou par les bombardements de la coalition internationale antijihadistes menée par Washington qui intervient aux côtés des forces irakiennes.

Lire la suite sur www.maritima.info…

Le président américain Donald Trump faisait face mardi à une fronde de l’aile conservatrice de la majorité républicaine, qui menace de torpiller le projet à peine dévoilé d’abrogation et de remplacement de la réforme du système de santé de Barack Obama.

Un certain nombre d’élus de l’aile droite estiment que le projet républicain, qui maintiendrait de substantielles aides publiques pour aider les Américains à payer leur couverture-maladie, abandonne les principes conservateurs de désengagement de l’État et de libéralisation du marché des assurances privées.

Si les rebelles de cette faction, issus du Tea Party, étaient suffisamment nombreux et déterminés, ils pourraient faire échouer la réforme, l’une des promesses phares de campagne de Donald Trump et de la majorité, dont c’est le premier grand chantier législatif de l’année.

Lire la suite sur www.lapresse.ca…

Les parlementaires républicains ont dévoilé lundi soir leur alternative au système d’assurance-maladie entré en vigueur en 2010 aux Etats-Unis.

En décembre 2009, John Ensign, un sénateur républicain du Nevada à l’époque, avait mené l’offensive républicaine au Congrès: «Allons-nous adopter à l’avenir une loi qui forcera les Américains à s’acheter une voiture?»

En février 2010, lors d’un sommet à la Maison-Blanche, John Boehner, alors leader des républicains à la Chambre des représentants, avait assuré à Barack Obama que l’assurance-maladie obligatoire était opposition avait entériné une inversion des rôles radicale à Washington.

Lire la suite sur www.tdg.ch…