Les déserts médicaux, une « catastrophe » en débat au congrès des maires de France

« L’Etat n’a pas été capable d’anticiper la catastrophe et aujourd’hui aucun territoire du pays n’est à l’abri », a abondé Patrick Bouet, le président de l’Ordre national des médecins, qui a appelé à « changer de modèle organisationnel ».

« Il n’y aura plus forcément un médecin à demeure dans chaque territoire », a-t-il mis en garde.

Près de 2,5 millions de Français vivent dans un désert médical, avait annoncé l’Ordre en novembre, lors de la publication de ses atlas régionaux de la démographie médicale.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Ce 99e congrès, qui doit accueillir plus de 10 000 élus en trois jours, s’est ouvert porte de Versailles en présence du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et sera clos par une intervention très attendue du président François Hollande, ce jeudi.

Les élus, confrontés à des charges supplémentaires – comme les conséquences de la réforme des rythmes scolaires -, affichent leur détermination : « Notre revendication est simple, c’est la suppression de la tranche 2017 », d’un montant de 3,7 milliards d’euros, des baisses de dotations, a réaffirmé mardi 31 mai le président de l’Association des maires de France (AMF), François Baroin, avant l’ouverture des débats.

« J’ai déjà fait en sorte de dégager un milliard d’euros cette année pour soutenir l’investissement des communes et des intercommunalités », a-t-il rappelé, se disant « attentif à la situation des collectivités » mais aussi garant des engagements pris sur le plan européen.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Dans son interview, François Baroin pointe du doigt « un coût très supérieur à ce qui avait été annoncé ».

L’Etat a décrété un aménagement des rythmes, il ne serait pas choquant qu’il paye 100 % de la réforme qu’il a imposée ».

« Nous avions prévenu que cette réforme catastrophique pour les rythmes de l’enfant serait une catastrophe pour les budgets communaux, considérant que l’Etat se déchargeait de ce poids financier sur les collectivités tout en baissant ses dotations.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Baisse des dotations de l’Etat, coût des rythmes scolaires, réforme territoriale… Les doléances sont nombreuses chez ces élus qui se réunissent à partir de ce mardi à Paris à l’occasion de leur congrès annuel.

Et cela entraîne une chute de l’investissement des communes, passée de 200 milliards d’euros pour l’ensemble des villes sur la période 2001-2007 à 130 milliards sur 2014-2019, selon l’Association des maires de France (AMF)
Face à ce bras de fer avec l’Etat, le président de l’AMF François Baroin (Les Républicains) promet « une mobilisation historique ».

Ce mardi matin sur Europe 1, le maire Europe Ecologie – Les Verts de Grenoble, Eric Piolle a dénoncé cette baisse des dotations: « Pour Grenoble, la dotation de l’Etat passe en trois ans de 46 millions à 26 millions.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Comme un symbole, c’est l’exécutant François Hollande qui clôturera jeudi ce bal des pendus, témoin d’un abandon de souveraineté jusque dans les tréfonds du pays.

pour demander au gouvernement de « fixer un calendrier clair pour le processus [de réforme territoriale] en cours et prendre les mesures d’ici décembre 2014 en vue d’éliminer les doublons administratifs, de faciliter les fusions entre collectivités locales… »
Aussitôt dit, aussitôt fait, les premiers de la classe libérale Hollande et Valls ramenaient la carte des régions à 13 entités, lançaient des métropoles qui aspiraient les territoires alentours, et imposaient un nouveau schéma de l’intercommunalité dans lequel les regroupements se substituent progressivement aux communes.

Au point de recevoir le 13 mai 2015 les félicitations du Conseil européen qui dans le point 10 des considérants notait :
« La France a entrepris de réformer ses collectivités locales en vue d’améliorer l’efficacité du système. »

Lire la suite sur leplus.nouvelobs.com…

Le président de l’AMF François Baroin en a fait l’annonce, ce 31 mai 2016 à la tribune du congrès des maires.

Le meeting d’élus locaux organisé le même jour par Alain Juppé salle Wagram à Paris ne passe pas non plus inaperçu.

François Baroin souhaite, lui, faire retour à la politique d’aménagement du territoire.

Lire la suite sur www.lagazettedescommunes.com…

Il ne serait pas choquant qu’il paye à 100% une réforme qu’il a imposée », selon l’ancien ministre des Finances de Nicolas Sarkozy.

La baisse des dotations financières de l’Etat, jugée insupportable par les élus, est au centre du 99e congrès des maires de France, qui s’ouvre mardi à Paris et doit s’achever jeudi avec une intervention très attendue de François Hollande.Le maire de Troyes a été interviewé par France Info ce mardi matin.

Il a lui-même fait deux propositions qu’il souhaite mettre en place dans sa ville « Il y a deux idées que nous avons développées à Troyes.

Lire la suite sur france3-regions.francetvinfo.fr…

« Les maires ont le sentiment qu’ils ne sont pas entendus par le gouvernement car ils ne mettent pas la pagaille, ne cassent rien », soupire un responsable de l’Association des maires de France.

A l’ouverture de leur 99ème congrès, ce mardi, les élus locaux semblaient se résigner à voir leur principale revendication, un arrêt de la baisse des dotations de l’Etat, retoquée par le président de la République.Jeudi, ce dernier clôturera le rendez-vous annuel des maires par des annonces en leur faveur.

Le socialiste André Laignel, premier vice-président de l’Association des Maires de France, a prévenu mardi que la reconduite du fonds d’investissement de 1 milliard d’euros ne serait pas à la hauteur des enjeux, même s’il soutient ce geste qu’il avait suggéré dès 2014.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…