Les 629 migrants de l’Aquarius toujours sans destination

Le leader de la Ligue, qui est aussi ministre de l’Intérieur et l’un des deux vice-présidents du Conseil du gouvernement présidé par Giuseppe Conte, a fait sa fortune politique en préconisant une politique d’extrême fermeté à l’égard de l’immigration irrégulière.

Il l’expliquait par le fait que le sauvetage en mer avait été organisé par l’IMRCC, le Centre national de coordination du secours maritime basé à Rome et qui surveille tout le trafic maritime au large de la Libye.

À l’issue d’une réunion de crise réunissant à Rome le président du Conseil Giuseppe Conte, Matteo Salvini et son collègue aux Infrastructures, le M5S Danilo Toninelli, qui a autorité sur la gestion des ports, ordre a été donné par radio au commandant de l’Aquarius de se mettre à l’arrêt, à 27 milles au nord-est de Malte et 35 milles de la Sicile.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

L’Espagne a accepté, lundi 11 juin, d’accueillir le navire transportant les 629 migrants secourus au large de la Libye, dont le sort était l’enjeu d’un bras de fer entre Malte et l’Italie, qui refusaient tous deux de le laisser accoster.

Mais lundi soir, l’ONG SOS Méditerranée, qui affrète l’Aquarius, indiquait sur Twitter que le navire se trouvait « toujours en stand-by entre Malte et l’Italie », et attendait un ordre du centre de coordination des secours de Rome pour faire route vers l’Espagne.

Il a été ravitaillé en nourriture par la marine maltaise, mais ces vivres ne suffiront pas pour un trajet vers président du gouvernement, Pedro Sanchez, a donné des instructions pour que l’Espagne honore les engagements internationaux en matière de crise humanitaire et a annoncé qu’elle accueillerait dans un port espagnol le navire Aquarius dans lequel se trouvent plus de 600 personnes abandonnées à leur sort en Méditerranée », indique le  communiqué de la présidence du gouvernement espagnol.Il s’agit pour l’Espagne de ‘respecter ses engagement sen matière de crise humanitaire’.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

Le HCR souligne également que des « traités clés » stipulent qu’une nation « responsable d’une zone de recherche et de sauvetage où se déroule un sauvetage est tenue d’exercer « à responsabilité primaire » » de coordonner un débarquement en toute sécurité.

« Si le pays exerce un contrôle sur le bateau et s’il y a à bord des migrants en détresse et qu’aucun accord n’a pu être trouvé avec un autre pays pour les accueillir, il ne devrait pas tergiverser mais les accepter », a indiqué Leonard Doyle.

Le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini, qui est aussi le patron de la Ligue (extrême droite), a justifié le refus de Rome de laisser entrer l’Aquarius en affirmant que le nouveau gouvernement populiste ne pouvait pas être contraint à transformer « l’Italie en un gigantesque camp de réfugiés ».

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Pedro Sanchez a annoncé ce lundi que l’Espagne était prête à accueillir le navire, en port de Valence.

« Il est de notre obligation d’aider à éviter une catastrophe humanitaire et d’offrir un port sûr à ces personnes », a déclaré le chef du gouvernement.

À Madrid, le tout nouveau ministre des Affaires étrangères, Josep Borrell, a insisté sur « la nécessité pour les Européens (…) de faire face de manière solidaire et coordonné à un problème qui est celui de tous, et non pas pendant un an celui de la Grèce, l’année suivante celui de l’Italie ».

Lire la suite sur www.leprogres.fr…