Le président philippin annonce le retrait de son pays de la Cour pénale internationale

Le président philippin Rodrigo Duterte a annoncé ce mercredi le retrait de l’archipel du traité fondateur de la Cour pénale internationale (CPI), chargée de juger les personnes accusées de génocide, de crime contre l’humanité, de crime d’agression et de crime de guerre.

«Il est clair que la CPI est utilisée comme un outil politique contre les Philippines», a réagi Rodrigo Duterte, évoquant des «attaques scandaleuses, sans précédent ni fondement, contre (son) gouvernement et (sa) personne».

Dans la foulée, la Commission des droits de l’homme philippine, à la demande de l’ONU, a ouvert une enquête à ce sujet.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Le président philippin, Rodrigo Duterte, a annoncé mercredi 14 mars le retrait de l’archipel du traité fondateur de la Cour pénale internationale (CPI).

La cour établie à La Haye a annoncé au début de février l’ouverture d’un « examen préliminaire », étape préalable à une enquête, sur la campagne antidrogue menée par M. Duterte.

Crime contre l’humanité ou crimes de guerre
Cet examen préliminaire doit déterminer si la CPI est compétente ou non pour juger les faits reprochés à M. Duterte.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Le président des Philippines a annoncé, ce mercredi 14 mars 2018, que l’archipel se retirait du traité fondateur de la Cour pénale internationale.

La CPI avait annoncé début février l’ouverture d’un examen préliminaire sur la campagne antidrogue menée par Rodrigo Duterte, qui a déjà fait des milliers de morts.

« Les Philippines révoquent leur ratification du Statut de Rome avec effet immédiat », a déclaré Rodrigo Duterte par communiqué ce mercredi.

Lire la suite sur www.rfi.fr…