Le pape François rend un hommage chaleureux à Fidel Castro

Dans son discours d’arrivée, samedi soir, François a certes noté les «liens de coopérations et d’amitié» aujourd’hui entretenus entre l’Eglise et le gouvernement qu’il rencontre ce dimanche après-midi au Palais de la Révolution mais il a demandé un «renouvellement» de cette coopération «pour accompagner et encourager le peuple cubain» dans «ses préoccupations» mais avec «la liberté, les moyens, les espaces nécessaires pour que l’annonce du Royaume [donc l’annonce de l’Evangile , ndlr. ] puisse atteindre les périphéries existentielles de la société.

De ce rapprochement entre les deux ennemis d’hier, le pape François veut donc faire, lors de ce voyage qui va le conduire aussi aux Etats-Unis «un exemple de réconciliation pour le monde entier» encourageant tous les responsables à travailler selon cette méthode qui a un haut «potentiel» assure-t-il, «pour la paix et le bien être des peuples».

Il leur a fait part d’une forte «émotion»: il a raconté qu’en quittant le Saint-Siège, samedi matin, il a pu saluer la famille de «réfugiés Syriens» qui vient d’être accueillie dans un appartement du Vatican. «On voyait leur visage de douleur» a confié le pape. «Il faut donc construire des petits ponts de paix, les uns après les autres» pour réussir à «construire le grand pont de la paix» contre «la guerre» qui sème «la mort» et provoque cette «vague migratoire».

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Le voyage du pape François à Cuba et aux États-Unis met en avant un « exemple de réconciliation pour le monde entier », selon ses paroles à son arrivée à La Havane, samedi 19 septembre dans l’après-midi. « Le monde a besoin de réconciliation devant la troisième guerre mondiale en morceaux que nous sommes en train de vivre », a-t-il ajouté, reprenant son expression sur l’état du monde déjà employée à diverses reprises.

Samedi 19 septembre, après un voyage de 11 heures depuis Rome (italie), jusqu’à l’aéroport international Jose Marti (Cuba), le pape François a rejoint La Havane en « papamobile ».

Samedi 19 septembre, après un voyage de 11 heures depuis Rome (italie), jusqu’à l’aéroport international Jose Marti (Cuba), le pape François a rejoint La Havane en « papamobile ».

Lire la suite sur www.la-croix.com…

Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins.  Son dernier ouvrage s’intitule Ces 12 papes qui ont bouleversé le monde (Tallandier), est une réflexion sur la grandeur pontificale à travers les âges, des origines à nos jours. L’idée qui tue !

Alors que son frère Fidel avait refusé les réformes que l’ex numéro 1 de l’Union soviétique, Gorbatchev, lui avait demandé de mettre en place, Raúl Castro, lui, semble s’engager dans l’ouverture : d’où l’accord avec les Etats-Unis.

Au cours de sa visite, Benoît XVI continue en fait la politique de Jean-Paul II : tout en critiquant les atteintes à la liberté, il s’en prend aussi à l’embargo des Etats-Unis.

Lire la suite sur www.atlantico.fr…

Des préoccupations que François devrait décliner tout au long de son périple de huit jours qui le conduira à partir de mardi aux Etats-Unis: la paix menacée par « une troisième guerre mondiale morcelée », les migrations entre les pays et l’accueil nécessaire des migrants, et la culture du dialogue, qui « doit permettre de construire des ponts ».

Sa vocation naturelle est d’être le point de rencontre pour que tous les peuples se réunissent dans l’amitié », avait dit devant Raul Castro le pape argentin qui voit Cuba comme un avant-poste dans un nouveau dialogue entre les deux Amériques.

L’accueil de la population et des autorités au pape argentin est déjà chaleureux, Raul Castro ayant repris longuement dans son discours d’accueil les thèmes préférés du pape, notamment sur la protection de l’environnement avant la conférence de Paris, et la défense de la paix.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Les précédentes limites sur le montant des transferts de fonds des migrants vers Cuba (2 000 dollars par trimestre) seront entièrement levées, détaille notamment le Trésor américain dans son communiqué.  Des ressortissants américains pourront par ailleurs légalement ouvrir des bureaux ou commerces sur l’île communiste, selon ces mesures qui sont toutefois sans effet sur l’embargo économique décrété en 1962 contre Cuba et qui reste en vigueur. «Une relation Etats-Unis-Cuba plus forte et plus ouverte a le potentiel de créer des opportunités américaines pour les Américains et les Cubains», a déclaré le secrétaire au Trésor américain, Jacob Lew, cité dans le communiqué ,ajoutant que les Etats-Unis voulaient soutenir la volonté des Cubains d’obtenir une «liberté économique et politique».

Après la réouverture des ambassades à La Havane et Washington ou la levée de premières restrictions commerciales par les Américains en janvier, les Etats-Unis ont annoncé ce vendredi une nouvelle série de mesures pour alléger ces restrictions commerciales et de voyages.

Cuba : les Etats-Unis allègent de nouveau leurs sanctions 18 Sept. réagir Parmi les mesures annoncées par le Trésor, la possibilité pour les Américains d’ouvrir des bureaux ou des commerces à Cuba.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Après des messes publiques à la Havane dimanche, Holguin lundi et Santiago mardi, le pape François s’envolera de la grande ville orientale cubaine vers Washington. Un vol historique.

Des portraits nourrissent également cette émission présentée par Geneviève Delrue. *** Diffusions le dimanche à 07h10 TU vers le monde et Paris et 09h10 TU vers l’Afrique. 1.

Après Benoît XVI en 2012 et Jean-Paul II en 1998, le pape François est le troisième pape à se rendre à Cuba.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Il a joué un rôle de premier plan dans le réchauffement entre les Etats-Unis et Cuba, qui a abouti cet été au rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays après plus d’un demi-siècle d’hostilité. «Nous voulons aujourd’hui renouveler ces liens de coopération et d’amitié pour que l’Eglise continue d’accompagner et d’encourager le peuple cubain dans ses espérances et dans ses préoccupations, dans la liberté et avec les moyens» pour mener sa mission, a-t-il aussi affirmé.

François a demandé dans un bref discours des «moyens» pour que l’Eglise puisse agir «dans la liberté» sur l’île, où l’action de ses institutions est encore bridée par les autorités communistes, notamment au niveau de l’éducation. «Nous voulons aujourd’hui renouveler ces liens de coopération et d’amitié pour que l’Eglise continue d’accompagner et d’encourager le peuple cubain dans ses espérances et dans ses préoccupations, dans la liberté et avec les moyens» de mener à bien sa mission, a déclaré le souverain pontife, âgé de 78 ans, devant le président Raul Castro.

Arrivé à La Havane et entamant son voyage historique dans les deux pays, le pape François a appelé Cuba et les Etats-Unis à «continuer d’avancer sur le chemin» du rapprochement. 1/8 A son arrivée à La Havane, le pape a été accueilli par le président cubain Raoul Castro. (20 septembre 2015). Vous avez vu une erreur?

Lire la suite sur www.lematin.ch…