Le pape aux JMJ : « Le monde vous demande d'être des protagonistes de l'histoire »

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Sur l’immense « campus de la Miséricorde », installé à une vingtaine de kilomètres de la capitale du sud de la Pologne, des centaines de milliers de jeunes sont arrivés au fil de la journée, parfois à pied, sac au dos sous un chaud soleil.

Aux JMJ, c’est la tradition, on passe la dernière nuit ensemble, sur place, à la belle étoile, entre la veillée de prières et la messe du dimanche.

L’impressionnant dispositif de sécurité a fait durer l’installation des groupes mais, au soleil couchant, le pape est apparu sur les écrans géants disséminés dans la plaine, sa papamobile soulevant les acclamations des sections de public qu’il longeait.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Le pape François a recommandé aux jeunes du monde entier que la prière soit leur « chat » et l’Évangile leur GPS sur les « routes de la vie », au cours de la messe dimanche devant une vaste assemblée de fidèles dans la ville polonaise de Brzegi.

« J’ai été frappé par la phrase du pape : arrêtez de glander, c’est à vous de vous lever, de donner au monde cette force pour lutter contre les injustices, la haine, les guerres », a dit un jeune Parisien, Jacques Bordeaux, arborant un chapeau canotier et une marinière, uniforme des participants français.

« Le pape va directement au but, ne tourne pas autour du pot », a renchéri Martin Le Conte, 19 ans, de la Communauté de l’Emmanuel de Paris, qui assure « ressortir grandi, en tant qu’homme, en tant que catholique » de ces JMJ, ses premières.

Lire la suite sur www.la-croix.com…

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Le pape François a recommandé aux jeunes du monde entier que la prière soit leur « chat » et l’Évangile leur GPS sur les « routes de la vie », au cours de la messe dimanche devant une vaste assemblée de fidèles dans la ville polonaise de Brzegi.

« J’ai été frappé par la phrase du pape : arrêtez de glander, c’est à vous de vous lever, de donner au monde cette force pour lutter contre les injustices, la haine, les guerres », a dit un jeune Parisien, Jacques Bordeaux, arborant un chapeau canotier et une marinière, uniforme des participants français.

« Le pape va directement au but, ne tourne pas autour du pot », a renchéri Martin Le Conte, 19 ans, de la Communauté de l’Emmanuel de Paris, qui assure « ressortir grandi, en tant qu’homme, en tant que catholique » de ces JMJ, ses premières.

Lire la suite sur information.tv5monde.com…

La veillée est un moment très important pour les JMJistes.

Des concerts ont suivi le départ du pape François, samedi soir, jusqu’à 23 h. Pèlerins épuisés, qui ont apporté tapis de sol, tente et sac de couchage ou pèlerins infatigables, qui chantent et dansent jusqu’à ce que le jour se lève, ils étaient un million et demi sous les étoiles du Campus Misericordiae, à Brzegi, une petite ville à 15 kilomètres de Cracovie.

Il est minuit passé mais elle rejoint, avec son ami José, 17 ans, un cercle de danse et de prière.

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

Toujours au cours de la veillée du samedi 30 juillet, le pape a délivré une catéchèse originale sur le vrai bonheur à partir de l’image du « divan », « comme il y en a maintenant, modernes, avec des massages y compris pour dormir ».

Ce divan, a détaillé François devant une foule très attentive, « nous aide à nous sentir à l’aise, tranquilles, bien en sécurité », nous garantit « des heures de tranquillité pour nous transférer dans le monde des jeux vidéo et passer des heures devant l’ordinateur » et nous protège « contre toute espèce de douleur et de crainte » car il nous maintient « enfermés à la maison sans nous fatiguer, ni sans nous préoccuper ».

Face à cette tentation du confort, le pape a interpellé la foule, l’invitant à ne pas « végéter » en « confondant bonheur et consumérisme ».

Lire la suite sur www.lavie.fr…

Lire aussi : Aux JMJ, le discours 2.0 du pape François devant 2,5 millions de fidèles
Sur la splendide place centrale de Cracovie, le Rynek Glowny, Francisca Ferreira arbore ce vendredi, comme toute la délégation portugaise, un tee-shirt « Syrie, la paix est possible ».

La jeune Lisboète le reconnaît, ces JMJ, ses premières, revêtent une tonalité particulière, à la fois empreintes d’une légèreté propre à la jeunesse, ou l’on danse et l’on chante du matin au soir dans toutes les langues, mais aussi habitées par la gravité face au chaos du monde.

Et le discours du pape concluant ce chemin de croix, exhortant à embrasser « nos frères syriens qui ont fui la guerre, que nous accueillons avec une affection fraternelle et avec sympathie ».

Lire la suite sur www.lejdd.fr…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn