Le légendaire Christopher Lee est mort

Puis, dès les années 80, il tournera presque exclusivement aux Etats-Unis des longs métrages mais aussi pour la télévision et on le verra notamment dans une célèbre adaptation du Tour du Monde en 80 jours, ou encore dans La Salamandre aux côtés de Claudia Cardinale et Anthony Quinn. >>> 10 rôles inoubliables de Christopher Lee : Dracula, Saroumane, Mycroft Holmes, le bourgmestre, le Comte Dooku…

Loin de s’essouffler, sa carrière prendra un nouvel essor dans les années 90 qui le verront tourner avec Tim Burton (Sleepy Hollow), Peter Jackson (inoubliable Saroumane du Seigneur des Anneaux) ou encore George Lucas (le comte Dooku dans la seconde trilogie de Star Wars), avant de retrouver plusieurs fois Tim Burton dans les années 2000 (Charlie et la Chocolaterie, Dark Shadows).

Après des études poussées à la prestigieuse université d’Oxford, où il étudia notamment la littérature classique et les langues anciennes, il s’engagea dans l’armée et combattit l’Union Soviétique lors de la Guerre d’Hiver, avant de signer dans la Royal Air Force avec laquelle il pris part à la Seconde Guerre Mondiale et à la dénazification de l’Allemagne, expériences qui le marqueront à vie.

Lire la suite sur www.premiere.fr…

Conformément à la loi Informatique et Liberté n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, nous nous engageons à informer les personnes qui fournissent des données nominatives sur notre site de leurs droits, notamment de leur droit d’accès et de rectification sur ces données nominatives.

Nous nous engageons à prendre toutes précautions afin de préserver la sécurité de ces informations et notamment empêcher qu’elles ne soient déformées, endommagées ou communiquées à des tiers.

Du fait de l’indexation des pensions sur l’inflation et non plus sur les salaires, le niveau… +VIDÉO C’est le co-fondateur du réseau social, Jack Dorsey, qui sera chargé de l’intérim.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

Ce qui frappe en contemplant cette carrière au long cours remplie de tant de navets (par exemple, une coproduction anglo-germano-sud-africaine, Albino, de Jurgen Goslar au pitch éloquent : «un dirigeant colonial de police en Rhodésie recherche un terroriste albinos qui a violé et a assassiné sa fiancée»), c’est l’invraisemblable capacité de survie de Lee au n’importe quoi pléthorique dans lequel il s’est ébroué librement en cachetonnant comme un perdu, là où d’autres (son pote Peter Cushing, notamment) se sont embourbés sans recours.

L’amitié solide que nouera Lee avec Boris Karloff, Vincent Price et Peter Cushing, trois autres soutiers du sous-produit fantastico-horrifique, est emblématique de cet état d’esprit qui touchera aussi la nouvelle génération des fans qui, de Tarantino à Burton en passant par Guillermo Del Toro ou Peter Jackson, reconnaîtront en eux des héros excentriques et paradoxaux, d’autant plus excitants qu’ils étaient dans des zones que la cinéphilie classique ne pouvait pas légitimer.

Mais, nettement plus surprenant et moins légendaire, le biopic Jinnah, de Jamil Dehlavi, en 1998, où il est Mohammed Ali Jinnah, leader de la All India Muslim League et fondateur du Pakistan en 1947. «Mon meilleur film, disait-il, le plus chargé en responsabilité et qui n’est même pas sorti en salles. » Le tournage fut pourtant mouvementé puisque des radicaux nationalistes l’avaient menacé, ainsi que toute l’équipe, ne comprenant pas que le père de la «Nation des purs» soit interprété par Dracula.

Lire la suite sur next.liberation.fr…

En 1957, la Hammer l’appelle pour jouer le monstre de Frankenstein dans Frankenstein s’est échappé, de Terence Fisher, avec une autre vedette britannique du film d’horreur, Peter Cushing, que Lee croisera à plusieurs reprises.

Ce n’est pas pour rien que la Hammer, une société de production britannique, l’a remarqué dans les seconds ou troisièmes rôles qu’il avait joués dans des séries B britanniques, mais aussi dans Le corsaire rouge de Siodmak ou Capitaine sans peur de Raoul Walsh.

Il tourne de tous les styles : La vie privée de Sherlock Holmes de Billy Wilder, le diptyque des Trois mousquetaires de Richard Lester, le méchant de James Bond dans L’homme au pistolet d’or, où il est racé, élégant, terrifique.

Lire la suite sur www.lesoir.be…

Les témoignages ont aussitôt afflué pour saluer la mémoire de cet acteur luciférien par excellence qui pouvait se vanter d’avoir été le seul à avoir incarné Frankenstein, le docteur Fu-Manchu, Raspoutine et surtout l’immortel comte Dracula, rôle qu’il avait interprété à huit reprises entre 1958 et 1976.  Le maire de Londres, Boris Johnson, a été l’un des premiers à rendre hommage au « maître du macabre ».

Sa très grande taille -1,95 mètres-,  son regard noir profond surmonté d’épais sourcils, son grand front et ses mains longues et fines, ainsi que sa voix rauque ont fait de lui le méchant idéal de plusieurs films.  C’est son interprétation du comte Dracula en 1958, qui le fait connaître du grand public, en 1958.

Né à Londres le 27 mai 1922, Christopher Lee descendait par sa mère d’une des plus anciennes familles italiennes, les Carrandini, dont la lignée remonte à Charlemagne.  L’acteur était également producteur mais aussi photographe et même chanteur et musicien, de heavy metal notamment.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

L’acteur britannique Christopher Lee, qui a joué dans James Bond, Star Wars, le Seigneur des Anneaux et incarné Dracula à l’écran, est décédé dimanche à l’âge de 93 ans, a appris jeudi l’AFP auprès des services de l’état civil de la mairie de Kensington et Chelsea. "Je suis en mesure de confirmer que nous avons établi le 8 juin l’acte de décès de M.

Les témoignages ont aussitôt afflué pour saluer la mémoire de cet acteur luciférien par excellence qui pouvait se vanter d’avoir été le seul à avoir incarné Frankenstein, le docteur Fu-Manchu, Raspoutine et surtout l’immortel comte Dracula, rôle qu’il avait interprété à huit reprises entre 1958 et 1976.

L’annonce de son décès a été différée à la demande de sa femme qui a d’abord voulu avertir tous les membres de la famille, a ajouté le quotidien.

Lire la suite sur www.dhnet.be…

L’acteur britannique Christopher Lee, « méchant » par excellence qui a fait peur à des générations entières de cinéphiles dans des films d’épouvante, est mort, hier, à l’âge de 93 ans, au Royaume-Uni, à la suite de problèmes respiratoires. « Un titan de l’âge d’or du cinéma », a salué David Cameron. « Le maître du macabre », lui a rendu hommage le maire de Londres.

Outre Dracula, cet acteur d’1,95 m aux épais sourcils noirs a joué aussi bien, au cours d’une carrière riche de 250 films, Frankenstein que Raspoutine et le comte Dooku.

Il a joué dans « James Bond », « Star Wars », « le Seigneur des Anneaux », et incarné Dracula à huit reprises à l’écran.

Lire la suite sur www.letelegramme.fr…