Le grand débat national plus compliqué que prévu à organiser

Affirmant que tout sera prêt pour mardi 15 janvier, il a cependant reporté au lundi 14 janvier, le temps de trouver un nouveau patron pour piloter la concertation nationale.

« Pas de grand déballage »Ce qui semble arrêté, ce sont les thèmes qui seront abordés : la transition écologique, la fiscalité, les services publics et la citoyenneté.

« Le grand débat, ce n’est pas le grand déballage.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

Depuis sa décision de se retirer de l’organisation du grand débat promis par Emmanuel Macron, sur fond de polémique sur le montant de son salaire, la présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP) Chantal Jouanno est dans le collimateur de la majorité présidentielle.

« C’est assez incompréhensible pour nos concitoyens de démissionner de la principale mission confiée à la commission qu’on préside soi-même », a lancé ce jeudi 10 janvier sur RTL le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, relayant des critiques également exprimées la veille par l’opposition sur le principe de se retirer de l’organisation du débat tout en continuant à percevoir son salaire.

« Qu’elle en tire les conséquences »
Pour autant, il est délicat pour les membres du gouvernement d’appeler expressément à la démission de Chantal Jouanno de son poste à la CNDP.

Lire la suite sur www.huffingtonpost.fr…

Invité politique de ce jeudi matin sur RTL, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux est revenu sur l’auto-exclusion de Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), du pilotage du grand débat lancé par l’exécutif.

Pour Benjamin Griveaux, il est « incompréhensible qu’elle s’en soit elle-même exclue, et il sera assez incompréhensible pour les concitoyens de démissionner de la mission de sa propre commission. »

Celui qui est aussi secrétaire d’État auprès du Premier ministre est également revenu sur les thèmes qui seront abordés durant le grand débat national.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

Le retrait de Chantal Jouanno, poussée à se retirer de l’organisation du «grand débat» sur fond de polémique sur son salaire, a braqué les projecteurs sur les rémunérations parfois mirobolantes des hauts fonctionnaires et dont le plafonnement est réclamé jusqu’au sein du gouvernement.

Les émoluments de la haute fonction publique, qui peuvent aller jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’euros annuels, sont vus comme une anomalie et un énième privilège accordé aux élites à l’heure où les «gilets jaunes» réclament davantage de justice sociale.

La présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP) Chantal Jouanno, dont le salaire mensuel de 14666 € brut mensuels a provoqué une vague de critiques, a elle-même jugé «légitime», mercredi, que cela fasse débat.

Lire la suite sur www.ledauphine.com…

La révélation du salaire de Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public, a provoqué ces derniers jours.

Selon La Lettre A, celle qui est chargée de l’organisation du « grand débat national » gagnerait 14.666 euros bruts par mois.

À la suite des accusations concernant ce salaire trop élevé, on l’a appris hier, elle s’est finalement retirée du pilotage du Grand Débat national.

Lire la suite sur rmc.bfmtv.com…