Le démantèlement de la "jungle" de Calais débute dans un climat tendu

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Catherine Frot : « J’étais sûre d’avoir le César ! le 29 février 2016 à 21h45 , mis à jour le 29 février 2016 à 21h55. une-tent[email protected]html’) » href= »# » rel= »nofollow »>Une tente incendiée, tirs de lacrymogènes : après-midi tendue dans la « jungle » de Calaismigrants , calais , crs Faits divers Le démantèlement d'une partie de la "jungle" de Calais, où se concentrent des milliers de migrants dans l'espoir de passer au Royaume-Uni, a débuté lundi dans un climat tendu, qui a dégénéré en heurts avec la police dans l'après-midi, sur fond de colère d'associations.

Si la préfecture reconnait qu’une « vingtaine de migrants étaient encore présents dans la cinquantaine d’abris traités », seules « 4-5 personnes ne voulaient » pas partir selon elle et il a « fallu faire beaucoup de persuasion par les maraudes » avant que les abris ne soient démantelés.

Après une matinée plutôt calme, la situation s’est tendue en début d’après-midi : à la suite d’un départ de feu de cabanes, des projectiles ont été lancés sur les CRS par des migrants et des militants de No border (150 personnes selon la préfecture).

Lire la suite sur lci.tf1.fr…

Si la préfecture reconnait qu’une « vingtaine de migrants étaient encore présents dans la cinquantaine d’abris traités », seules « 4-5 personnes ne voulaient » pas partir selon elle et il a « fallu faire beaucoup de persuasion par les maraudes » avant que les abris ne soient démantelés.

Les maraudes sociales de la préfecture, qui tentent de convaincre les migrants rallier l’un des 102 centres d’accueil et d’orientation (CAO) disséminés en France ou rejoindre le Centre d’accueil provisoire (CAP) composé de conteneurs chauffés, ont en effet été sérieusement perturbées vendredi par ces militants altermondialistes œuvrant à l’abolition des frontières.

Une vingtaine de salariés d’une entreprise de travaux publics ont commencé à s’activer dès le début de la matinée dans la partie sud du bidonville, où vivent de 800 à 1. 000 migrants selon la préfecture mais 3. 450 selon les associations.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

Pour conserver le précédent brouillon, cliquez sur annuler. 21H37
Calais : des CRS blessés lors du démantèlement de la « jungle » 20H56
SNCF – RATP : journée noire pour les usagers le 9 mars 20H43
La Banque Postale va lancer le paiement par reconnaissance vocale 20H12
Accusé d’antisémitisme, Siné attaque Bernard-Henri Lévy en diffamation 19H58
Essai clinique à Rennes: « je ne pouvais plus parler, plus bouger »,… 19H58
De nouveaux fusils d’assaut pour les brigades anti-criminalité (BAC) 19H49
SNCF: journée noire en vue dans les transports le 9 mars 19H22
En stage de « déradicalisation », elle prépare son départ en Syrie… 19H16
La « réserve » utilisée par les députés en 2015 en ligne sur le site… 19H10
« Jungle » de Calais: le début du démantèlement dégénère en heurts 18H50
Amiens: un adolescent saute dans la Somme et sauve un enfant de 4 ans 17H48
Burger King vs McDonald’s : la guerre des pubs 17H36
Réouverture de la route d’accès à la station d’Isola 2000 17H28
Des auto-écoles dans la rue contre la réforme de l’examen du code… 16H33
Salon de l’Agriculture: accueil tendu mais sans violences pour Valls 15H03
Les brigades anti-criminalité désormais équipées de fusils d’assaut 15H03
Airbnb : ils découvrent un cadavre dans la maison qu’ils avaient louée 14H24
Sexe et violence au cinéma: vers des recours en justice plus… 13H23
Viol et agression de Français en Thaïlande: cinq Cambodgiens arrêtés 12H59
« Venez à Paris!

« : opération séduction à Tokyo du duo Hidalgo-Pécresse 12H55
La Banque Postale va lancer le paiement par reconnaissance vocale… 12H00
Réforme du Code de la route : bouchons créés par les auto-écoles 11H38
« T’as rien compris, petit zizi » : le face-à-face musclé entre Valls… 11H21
Placé: la prolongation des centrales va se heurter « à une forme de… 11H15
Landes: plus d’une centaine d’agriculteurs bloquent des bases… 10H38
Cookies ou radis, comment muscler sa volonté 06H21
Manuel Valls plonge à son tour dans l’arène du Salon de l’agriculture 23H13
Lyon 1ère équipe à battre le PSG en Ligue 1 depuis le 15 mars 2015 20H48
Air Cocaïne: mobilisation des soutiens de Naudin, que l’Egypte… 20H05
« No gazaran!

Les maraudes sociales de la préfecture, qui tentent de convaincre les migrants de quitter la « jungle » pour rallier l’un des 102 centres d’accueil et d’orientation (CAO) disséminés en France ou rejoindre le Centre d’accueil provisoire (CAP) composé de conteneurs chauffés, ont en effet été sérieusement perturbées vendredi par ces militants altermondialistes oeuvrant à l’abolition des frontières, au lendemain du feu vert du tribunal administratif validant l’évacuation d’une partie du camp, avait constaté l’Agence France-Presse.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Le démantèlement de la zone Sud de la « jungle » de Calais a débuté dans le calme dans la matinée du 29 février, sous la surveillance d’un important dispositif policier.

Le démantèlement de la zone Sud de la « jungle » de Calais a débuté dans le calme dans la matinée du 29 février, sous la surveillance d’un important dispositif policier.

Les CRS se mettent en place dans la matinée du 29 février pour surveiller la destruction des premiers abris vides de la zone sud de la « jungle » de Calais.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

Une vingtaine de salariés d’une entreprise de travaux publics ont commencé à s’activer dès le début de la matinée dans la partie sud du bidonville, où vivent de 800 à 1000 migrants selon la préfecture, mais 3450 selon les associations.

Après une matinée plutôt calme, la situation s’est tendue en début d’après-midi: à la suite d’un départ de feu de cabanes, des projectiles ont été lancés sur les CRS par des migrants et des militants de No Border — 150 personnes, selon la préfecture —, qui ont riposté en faisant usage de gaz lacrymogène.

Promise à l’évacuation à la suite d’une décision de justice, la zone sud de la «jungle» de Calais a commencé à être démantelée lundi.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Si la préfecture reconnait qu’une « vingtaine de migrants étaient encore présents dans la cinquantaine d’abris traités », seules « 4-5 personnes ne voulaient » pas partir selon elle et il a « fallu faire beaucoup de persuasion par les maraudes » avant que les abris ne soient démantelés.

Une vingtaine de salariés d’une entreprise de travaux publics ont commencé à s’activer dès le début de la matinée dans la partie sud du bidonville, où vivent de 800 à 1. 000 migrants selon la préfecture mais 3. 450 selon les associations.

Les maraudes sociales de la préfecture, qui tentent de convaincre les migrants rallier l’un des 102 centres d’accueil et d’orientation (CAO) disséminés en France ou rejoindre le Centre d’accueil provisoire (CAP) composé de conteneurs chauffés, ont en effet été sérieusement perturbées vendredi par ces militants altermondialistes œuvrant à l’abolition des frontières.

Lire la suite sur www.ladepeche.fr…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn