L'arbitrage vidéo «sacrifie des choses essentielles du football»

L’arbitrage vidéo, testé pour la première fois en France mardi lors du match amical entre les Bleus et l’Espagne (0-2), est une petite révolution dans le monde du football.

Testé mardi lors du match France-Espagne, l’arbitrage vidéo ne fait pas l’unanimité.

Sur le même sujet> Football : l'arbitrage vidéo ne déclenche pas l'enthousiasme> VIDEO. Un projet immobilier ?

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Lire la suite sur www.lavoixdunord.fr…

Pour la première fois sur le territoire français, l’arbitrage vidéo « online » a été testé à l’occasion du match amical France-Espagne au Stade de France.

Enfin, l’arbitre a la possibilité d’interpeller son assesseur vidéo pour déterminer si un joueur mérite ou non un carton rouge direct ou pour avoir la certitude que le bon joueur a été averti. ■ Quels sont les arguments des « pro-vidéo » ?

A une époque où les sommes investies pour l’acquisition des droits atteignent des sommets, la « robotisation » du football viendrait conforter les logiques économiques et l’omniprésence des médias dans un « jeu » footballistique de plus en plus soumis à des intérêts financiers. ■ Qu’en pensent les principaux protagonistes ?

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

Le football a peut-être changé d’air mardi au Stade de France, par la grâce de deux décisions arbitrales corrigées par la vidéo ayant remis le résultat (0-2) d’un France-Espagne amical archi-dominé dans le jeu par David Silva et consorts dans le sens du match : ouverture du score accordée (par l’arbitre) puis refusée pour hors-jeu (par la vidéo) au Français Antoine Griezmann à la 48e minute, second but refusé pour hors-jeu (par l’arbitre, qui a suivi son juge de touche) puis accordé (par la vidéo) pour l’Espagnol Gerard Deulofeu.

Le but de Griezmann a été refusé parce que celui qui lui a adressé la dernière passe était hors-jeu : arrivera le jour où une télé pourra oublier de filmer la position illicite de celui qui aura réalisé l’avant, avant, avant-dernière passe, aussi décisive que la dernière – le football est un sport de continuité – dans l’élaboration d’un but.

Ce que dit le dirigeant, qui fut en son temps un joueur dur, c’est qu’Harald Schumacher, auteur d’une infâme agression sur le Français Patrick Battiston lors de la funeste demi-finale du Mondial 1982 remportée par l’Allemagne (3-3, 5 tirs au but à 4), n’est justement pas moins footballeur que celui dont il a explosé la mâchoire ce soir-là.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

L’arbitrage vidéo, utilisé pour la première fois en France, a eu un rôle prépondérant lors de la défaite de l’équipe de France de football mardi 28 mars face à l’Espagne en match amical (0-2).

« Prendre des décisions justes »Antoine Kombouaré s’est également dit conquis par l’utilisation de l’arbitrage vidéo dans le football.  « La vidéo permet de prendre des décisions justes, et là il n’y a pas de polémiques.

L’entraîneur du FC Lorient a concédé que « la vidéo permet d’avoir des décisions plus justes » mais déplore le fait que « ça coupe un peu les émotions, on ne peut pas crier sa joie quand il y a un but ».

Lire la suite sur france3-regions.francetvinfo.fr…

L’équipe de France, pour la première titularisation de Mbappé, a été victime de l’Espagne, vainqueur 2-0 mardi en match amical, et de la vidéo utilisée pour la première fois dans l’Hexagone, qui a invalidé un but français mais accordé le deuxième but espagnol.

Et c’est ainsi libéré de toute pression du résultat que Deschamps a innové, en optant pour un 4-4-2 en losange, avec Kanté en sentinelle, Rabiot et le novice Tolisso en pistons, et Griezmann en soutien d’une attaque Gameiro-Mbappé.  Oui, Mbappé: le Monégasque de 18 ans connaissait dans ce cadre de gala sa première titularisation, après une entrée prometteuse pour le dernier quart d’heure à Luxembourg.

Mais la nouveauté marquante du match, c’était l’assistance vidéo pour l’arbitre utilisée pour la première fois en France.

Lire la suite sur www.letelegramme.fr…

L’arbitrage vidéo, utilisé à deux reprises mardi soir lors du match amical entre la France et l’Espagne (0-2), suscite des débats enflammés. On fait le bilan.

Le match amical, mardi soir au Stade de France, a été marqué par l’utilisation de la vidéo à deux reprises.

Mais cette grande première en France a relancé le vieux débat entre les « pro » et les « anti » vidéo et suscité des réactions contrastées, aussi bien de la part des joueurs que des spectateurs.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

Des erreurs évitées, au prix d'émotions contrariées: le recours expérimental à la vidéo mardi pour la première fois en France, lors du match amical des Bleus contre l'Espagne (0-2), a relancé le vieux débat sur l'utilisation de la technologie dans le … Équipe de France.

Des erreurs évitées, au prix d'émotions contrariées : le recours expérimental à la vidéo mardi lors du match amical de la France contre l'Espagne (0-2), a relancé le vieux débat sur l'utilisation de la technologie dans le football. "C'est une bonne …

Le recours expérimental à la vidéo ce mardi pour la première fois en France, lors du match amical des Bleus contre l'Espagne (0-2), a relancé le vieux débat sur l'utilisation de la technologie dans le football.

Lire la suite sur news.google.fr…