L’Allemagne courtisée par ses voisins anti-migrants

Le ministre de l’Intérieur (et du «Heimat», terme controversé choisi précisément pour ses accents identitaires) allemand dirige également la CSU, branche bavaroise du parti d’Angela Merkel, la CDU.

Selon le consultant en politique et en communication Johannes Hillje, auteur d’un essai sur l’extrême droite allemande (non traduit en français), «la CSU ne se différencie plus guère de l’AfD : on parle des flux et des migrations comme d’une catastrophe naturelle (un «flot» que l’on ne pourrait endiguer qu’à l’aide d’un «barrage»).

La CSU est à ce point silencieuse sur la question de l’intégration que Seehofer a ostensiblement séché une réunion annuelle sur le sujet qui se tenait mercredi à la chancellerie.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, souhaite développer «un axe des volontés dans la lutte contre l’immigration illégale», que le ministre de l’Intérieur allemand est prêt à rejoindre.

Le ministre de l’Intérieur allemand a boudé le dixième «sommet sur l’intégration» organisé mercredi par Angela Merkel à la Chancellerie.

Officiellement, le leader de la CSU bavaroise a assuré protester contre la présence d’une participante, la journaliste Ferda Ataman, qui aurait critiqué sa vision de la «patrie».

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur
votre site internet.

Nous vous demandons de suivre ces
Règles de base

Le Partenaire s’engage à ne pas porter atteinte au droit
moral des journalistes.

A ce titre, le Contenu devra être
reproduit et représenté par le Partenaire tel qu’il a été mis à
disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts,
incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

La question migratoire représente désormais « l’épreuve du feu » pour la cohésion de l’Union européenne, a affirmé mercredi la chancelière allemande Angela Merkel, aux côtés du Premier ministre Charles Michel (MR) qu’elle recevait à Berlin.

Avant toute chose, « il est important que l’Allemagne ne fasse rien de manière unilatérale et continue à rechercher une procédure européenne commune » sur la politique d’asile, a souligné Angela Merkel, mise sous pression par l’aile bavaroise ultra-conservatrice (CSU) de son cartel CDU-CSU.

« Le Premier ministre n’a pas voulu plaisanter sur la situations des migrants » (vidéos)

La chancelière, qui gouverne avec les sociaux-démocrates du SPD, a fait cette déclaration quelques heures après que les ministres italien, autrichien et allemand de l’Intérieur – ce dernier étant le CSU Horst Seehofer -, tous trois considérés comme des faucons sur la question migratoire, ont annoncé la constitution d' »un axe des volontaires » pour s’attaquer à l’immigration clandestine, ajoutant à la cacophonie européenne sur le sujet.

Lire la suite sur www.rtbf.be…