L’acquittement de Bemba révèle les échecs de la Cour pénale internationale

L’ex-vice-président de la République démocratique du Congo (RDC) a bien quitté les murs de la prison de Scheveningen, à La Haye (Pays-Bas), dans la soirée du 12 juin, mais n’a pas rejoint son domicile de Bruxelles.

L’acquittement de M. Bemba, prononcé le 8 juin, à la majorité des juges de la chambre d’appel, révèle avec force les échecs de la Cour.

C’est au nom de la « stabilité » de la RDC que l’ancien procureur, Luis Moreno Ocampo, avait poursuivi Jean-Pierre Bemba il y a dix ans.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur
votre site internet.

Nous vous demandons de suivre ces
Règles de base

Le Partenaire s’engage à ne pas porter atteinte au droit
moral des journalistes.

A ce titre, le Contenu devra être
reproduit et représenté par le Partenaire tel qu’il a été mis à
disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts,
incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

« Monsieur Bemba a quitté le centre de détention hier (mardi) soir », a déclaré à l’Agence France Presse (AFP) Peter Haynes, avocat de Jean-Pierre Bemba, qui doit bientôt traverser la frontière pour rejoindre son épouse et ses cinq enfants installés en Belgique.

Selon une source proche du dossier, Jean-Pierre Bemba reste toutefois sous la surveillance de la Cour en attendant le feu vert des autorités belges à une demande de séjour.

Ancien riche homme d’affaires devenu chef de guerre puis vice-président, Jean-Pierre Bemba avait été condamné en première instance en 2016 à 18 ans de prison, la peine la plus lourde jamais imposée par la Cour pénale internationale (CPI), pour les meurtres, viols et pillages commis en Centrafrique par sa milice entre octobre 2002 et mars 2003.

Lire la suite sur www.jeuneafrique.com…