L’accord sur le nom de la Macédoine indigne la droite à Athènes et Skopje

Le compromis a été salué mardi par les deux Premier ministres, le Grec Alexis Tsipras et le Macédonien Zoran Zaev, comme un « accord historique ».

Il avait dès mardi dénoncé un « mauvais accord », déniant au Premier ministre toute « légitimité » pour engager le pays.

Il avait notamment fustigé la révision constitutionnelle imposée par Athènes à Skopje pour que le changement de nom de l’actuelle Ex-République yougoslave de Macédoine (ARYM) s’applique aussi en interne.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur
votre site internet.

Nous vous demandons de suivre ces
Règles de base

Le Partenaire s’engage à ne pas porter atteinte au droit
moral des journalistes.

A ce titre, le Contenu devra être
reproduit et représenté par le Partenaire tel qu’il a été mis à
disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts,
incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Le président de l’ancienne république yougoslave de Macédoine, Gjorge Ivanov, a finalement rejeté mercredi l’accord « inacceptable » conclu la veille par son Premier ministre avec la Grèce sur le nom officiel de son pays.

En visite à Sarajevo, en Bosnie, Gjorge Ivanov a indiqué qu’il ne signerait pas cet accord « dommageable » selon lui pour son pays et qui « viole la Constitution ».

La potentielle adhésion à l’Union européenne et à l’Otan ne doit en aucune mesure justifier un « mauvais accord » selon lui.

Lire la suite sur www.atlantico.fr…

Athènes et Skopje sont arrivés ce mardi à un accord sur le nom de la Macédoine, a annoncé le Premier ministre grec, après 27 ans de querelle, un règlement susceptible de débloquer l’ancrage de ce petit État ex-yougoslave à l’UE et à l’Otan.

L’Etat voisin sera « reconnu en Grèce en tant que Severna Makedonja », la formulation en macédonien du nouveau nom, a précisé une source gouvernementale grecques dans une note d’interprétation de l’accord.

Engagés dans un marathon de pourparlers pour sceller un accord, Alexis Tsipras et son homologue macédonien Zoran Zaev ont eu dans l’après-midi un nouvel échange téléphonique, après une première conversation la veille.

Lire la suite sur www.leprogres.fr…