La « veuve blanche » de Daech et son fils de 12 ans tués par un drone?

1

Sally Jones a rejoint les rangs du groupe terroriste Etat islamique en 2013, avec son fils Jojo, aujourd’hui âgé de 12 ans.

Mais en l’absence de preuve ADN, il est difficile de prouver sa mort: il est arrivé à plusieurs reprises que des djihadistes dont le décès avait été annoncé, reviennent finalement à la vie, se manifestant notamment sur les réseaux sociaux.

Il y a quatre ans, cette mère de famille britannique célibataire de 50 ans avait quitté son domicile de Chatham dans le Kent, pour rejoindre la Syrie, avec son cadet alors âgé de 8 ans, laissant sur place son aîné.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

La recruteuse de l’organisation Etat islamique avait diffusé, en 2015, les coordonnées privées et des photos de soldats américains ayant participé aux opérations extérieures des Etats-Unis.

EDEN School Publicité
EDEN School L'école digitale et numérique des 14/18 ans en rupture scolaire

Ex-guitariste d’un groupe punk féminin, Sally-Anne Jones, 48 ans, recruteuse et propagandiste de l’organisation Etat islamique (EI), aurait été tuée en juin, en Syrie, par un drone Predator américain, affirme jeudi 12 octobre le quotidien The Sun.

Le titre choisi par le tabloïd, « La veuve blanche éliminée », fait référence au surnom donné par la presse britannique à cette mère de deux enfants devenue icône de la propagande islamiste, après la mort de son mari Junaid Hussain, djihadiste d’origine britannique lui aussi, tué en 2015 à l’âge de 21 ans, également par un drone américain.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

L’ancienne rockeuse devenue djihadiste, Sally Jones, aurait été tuée en Syrie par un raid aérien américain, en juin.

Un haut responsable des renseignements américains estime toutefois qu’il est difficile de confirmer à 100% cette information, les recherches d’ADN sur place étant impossibles.

En 2013, Sally Jones quitte l’Angleterre – avec son fils – pour la Syrie afin de rejoindre l’Anglais Junaid Hussain, à la tête du «CyberCalifat».

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

En juin dernier, annonce ce jeudi le Telegraph, elle a été abattue par un tir de drone américain « Predator » à la frontière syro-irakienne après avoir revêtu l’abaya, au moment où elle a rejoint Daesh, il y a trois ans.

Le porte-parole de la coalition contre Daeesh a même écrit sur Twitter en fin d’après-midi qu’il ne pouvait confirmer pour l’heure la mort de Sally Jones.

La controverse est d’importance car depuis trois ans, Sally Jones s’est affirmée comme la partisane britannique de Daesh la plus recherchée au monde.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

D’après le «Times», Sally Jones a été tuée en juin dernier par un drone américain alors qu’elle tentait de fuir Raqqa.

Sally Jones, 50 ans, mère de deux enfants, aura subi le même sort que son mari, Junaid Hussain, 21 ans.

Les services de renseignement britanniques auraient aidé à le localiser et auraient également suivi les mouvements de Sally Jones, qui a voyagé avec son fils vers la Syrie en 2013 pour épouser Junaid Hussain.

Lire la suite sur www.parismatch.com…

Le journal britannique consacre la une de son édition du jeudi 12 octobre à cette Britannique de 50 ans, originaire du Kent, dans le sud du pays, qui avait rejoint l’organisation terroriste en Syrie en 2013 avec son fils pour se marier au terroriste Junaid Hussain, 21 ans.

Ancien membre d’un groupe de musique punk, Sally Jones, qui était devenue “une recruteuse importante pour Daech”, aurait trouvé la mort près de la frontière irakienne, tout comme son fils Jojo, 12 ans, selon les services de renseignements américains.

Le quotidien précise que si Jones était visée par le drone, la mort de son fils ne serait pas intentionnelle :

Souvent, les drones suivent leur objectif “pendant des semaines”, précise The Times, attendant le bon moment pour lancer un missile, afin d’éviter les pertes civiles.

Lire la suite sur www.courrierinternational.com…

Selon la presse britannique, Sally Jones, rebaptisée la « veuve blanche » par les médias du pays, a été tuée par un drone américain en Syrie.

Interrogé à ce sujet, M. Fallon s’est refusé à tout commentaire mais a souligné que tout citoyen britannique ayant rejoint les rangs de l’EI encourait le risque d’être pris pour cible par un raid de la coalition internationale.

« Je peux confirmer que si vous êtes un ressortissant britannique en Irak ou en Syrie et si vous avez choisi de combattre pour Daesh (acronyme arabe de l’EI, NDLR), une organisation illégale qui prépare et inspire des attaques terroristes dans nos rues, vous avez fait de vous-même une cible légitime », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Londres.

Lire la suite sur www.lalibre.be…

Elles s’appelait Sally Jones, mais été plus connue sous le surnom de « veuve blanche » de Daech ou encore de « djihadiste du Kent ».

La mort de la femme de 50 ans et de son enfant remontrait au mois de juin.

Toujours selon le quotidien britannique, il s’agissait bien d’une mission d’élimination effectuée par un drone de l’armée américaine.

Lire la suite sur www.francesoir.fr…