La priorité est de permettre à l’OIAC « d’achever le démantèlement du programme » chimique syrien, selon la France

La priorité après les frappes occidentales en Syrie est de permettre à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) le démantèlement total du programme chimique syrien « clandestin », a déclaré la France lors d’une réunion d’urgence lundi à l’OIAC.

Ouverte lundi matin à La Haye, cette réunion avait été convoquée après l’attaque chimique présumée du 7 avril contre la ville de Douma, qui a entraîné une semaine plus tard des frappes occidentales ciblées.

« La priorité est bien là aujourd’hui, donner les moyens au Secrétariat technique (de l’OIAC) d’achever le démantèlement du programme syrien », a déclaré l’ambassadeur Philippe Lalliot lors de la réunion.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

La priorité après les frappes occidentales en Syrie est de permettre à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) le démantèlement total du programme chimique syrien « clandestin », a déclaré la France lors d’une réunion d’urgence aujourd’hui à l’OIAC.

« La priorité est bien là aujourd’hui, donner les moyens au Secrétariat technique (de l’OIAC) d’achever le démantèlement du programme syrien », a déclaré l’ambassadeur Philippe Lalliot lors de la réunion convoquée après l’attaque chimique présumée du 7 avril contre la ville de Douma.

Ils résistent aux mensonges les plus grossiers et aux dénégations les plus absurdes », a lâché M. Lalliot, ajoutant qu’il n’y avait plus de doutes: « la Syrie a conservé un programme chimique clandestin depuis 2013 ».

»

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Les enquêteurs de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) devraient arriver dimanche dans l’ex-ville rebelle de Douma, près de Damas, pour enquêter sur l’attaque chimique présumée qui a déclenché des frappes occidentales contre le régime, selon un responsable syrien.

« La mission d’enquête est arrivée hier (samedi) à Damas et il est prévu qu’elle se dirige aujourd’hui (dimanche) à Douma pour entamer son travail », a indiqué à l’AFP le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Ayman Soussane.

Samedi, l’OIAC, organisation basée à La Haye, a affirmé poursuivre sa mission d’enquête sur l’attaque chimique présumée de Douma malgré les frappes aériennes des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne.

Lire la suite sur www.rtbf.be…

La mission d’établissement des faits est arrivée samedi à Damas, pour enquêter sur les accusations d’un recours à l’arme chimique qui aurait eu lieu à Douma, dernier fief rebelle reconquis par le régime aux portes de la capitale syrienne.

Selon des secouristes, plus de 40 personnes ont été tuées dans cette attaque, qui aurait été menée avec du gaz de chlore et un autre agent neurotoxique semblable au sarin, d’après les estimations avancées par des experts.

La mission de l’OIAC, menée à la demande du gouvernement syrien, déterminera si des armes chimiques ont été utilisées à Douma, mais n’identifiera pas les auteurs.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…