La mort de Gotlib, père de la Rubrique-à-brac

«De Pilote à Fluide glacial, il a révolutionné la façon de faire de la bande dessinée, faisant rentrer un non-sens britannique et une irrésistible façon de se moquer de tout dans les foyers français.

Marcel Gotlib était un génie, un maître, un ami, et c’est bien la première fois qu’il ne nous fait pas rire», dit encore Dargaud.

À la fois dessinateur et scénariste, Marcel Gottlieb – son nom sera francisé plus tard – était né à Paris en 1934 dans une famille d’origine juive hongroise.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Il s’est fait avant tout connaître pour ses histoires humoristiques comme « Gai-Luron » et la « Rubrique-à-brac ».

Marcel Gottlieb, plus connu sous le pseudonyme de « Gotlib », est mort, dimanche 4 décembre, à l’âge de 82 ans, a fait savoir son éditeur.

Il s’est fait avant tout connaître pour ses histoires humoristiques comme « Gai-Luron » et la « Rubrique-à-brac ».

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Gotlib, l’auteur de BD, père de Gai-Luron, est mort dimanche à l’âge de 82 ans, ont annoncé à l’AFP les éditions Dargaud.

>> A lire aussi : Le reportage dans l’exposition dédiée à Gotlib au musée d’art et d’histoire du Judaïsme (Paris) en 2014, c’est par ici
« La famille de Marcel Gotlib vient de nous apprendre le décès ce jour de Gotlib », a indiqué Dargaud qui fait part de son « immense tristesse ».

Retrouvez notre diaporama : les dessins de Claire Brétécher commentés par Marcel Gotlib
« De Pilote à Fluide glacial, il a révolutionné la façon de faire de la bande dessinée, faisant rentrer un non-sens britannique et une irrésistible façon de se moquer de tout dans les foyers français.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Paris (AFP) – Le dessinateur Marcel Gotlib, mort dimanche à 82 ans, a ravi des générations de lecteurs avec ses personnages loufoques et son imagination délirante, qui ont fait de lui l’un des auteurs phares de la BD européenne.

Avant de baisser les crayons, il avait passé plus de 30 ans de sa vie, dix heures par jour, à sa table à dessin pour créer sa progéniture de papier : Gai-Luron, le chien triste, Hamster Jovial, le scout rock’n’roll, Pervers Pépère, le vieux dégueulasse, ou Superdupont, son super-héros tricolore à béret basque inventé avec Lob.

Son père, Ervin, est mort en déportation à Buchenwald et le petit Marcel passe l’Occupation caché dans une ferme normande pour échapper aux rafles anti-juives.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

Né en 1964 dans l’hebdomadaire Vaillant (l’ancêtre de Pif Gadget), Gai-Luron, un Droopy à la française, est sans doute le personnage auquel on associe immédiatement Gotlib.

Au départ, ce devait être un personnage de passage.

Plus tard viendront de nouveaux personnages : une souris insolente et surtout l’irrésistible Belle-Lurette dont est secrètement amoureux Gai-Luron.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

« La famille de Marcel Gotlib vient de nous apprendre le décès ce jour de Gotlib », a indiqué Dargaud qui fait part de son « immense tristesse ».

Marcel Gotlib, lui, a commencé en 1962 dans une autre publication majeure : Vaillant, ce célèbre périodique né en 1945 qui devient quelques années plus tard Pif Gadget.

Après un conflit en 1972 avec Goscinny qui refuse de publier les histoires du Concombre masqué de Nikita Mandryka, Gotlib quitte Pilote pour fonder son propre journal.

Lire la suite sur www.lejdd.fr…

« La famille de Marcel Gotlib vient de nous apprendre le décès ce jour de Gotlib », a indiqué l’éditeur Dargaud, qui fait part de son immense tristesse: « Les millions de lecteurs ayant appris à rire dans les pages de la ‘Rubrique à brac’, des ‘Dingodossiers’ ou de ‘Gai Luron’ perdent un humoriste fascinant, un dessinateur virtuose, un touche à tout iconoclaste et un ami cher qui parvenait à provoquer le rire à la moindre de ses pages », a ajouté l’éditeur.

« La première fois qu’il ne nous fait pas rire » Le dessinateur « est décédé brutalement à son domicile dans les Yvelines », a précisé l’éditeur.

Marcel Gotlib était un génie, un maître, un ami, et c’est bien la première fois qu’il ne nous fait pas rire », dit encore Dargaud.

Lire la suite sur www.ledauphine.com…

Non content d’avoir bousculé l’univers de la bande dessinée, avec son regard mordant, son talent de caricaturiste et son irrespect le plus total pour les règles de ce noble art, voilà que Gotlib casse sa pipe un dimanche, sans prévenir, comme un ultime pied de nez à ceux qui aiment que les choses soient bien organisées.

Juste histoire de le faire râler depuis là-haut, quelques éléments de biographie un peu plus sérieux : né Marcel Gottlieb en 1934, il entre au journal Pilote en 1965 avec la bénédiction du rédacteur en chef de l’époque, René Goscinny.

Les deux hommes travaillent de concert sur « Les Dingodossiers », avant que Gotlib ne décide de voler de ses propres ailes en créant « Rubrique-à-brac », une petite révolution qui casse, encore un peu plus, les codes traditionnels.

Lire la suite sur www.franceinter.fr…

Gotlib est mort dimanche, ont annoncé les éditions Dargaud.

Il est connu pour ses histoires humoristiques, notamment « Les Dingodossiers » et la série « Rubrique-à-brac » et aussi le chien « Gai-Luron », un personnage …

Lire la suite sur news.google.fr…