La méthode Trump en échec sur la Corée du Nord

Lire :   Donald Trump annonce que le sommet avec la Corée du Nord n’aura pas lieu

Ce jour-là, apprenant que le conseiller sud-coréen à la sécurité nationale, Chung Eui-yong, se trouvait à Washington au lendemain d’une visite à Pyongyang, le président avait exigé de le rencontrer sur le champ.

Ce dernier s’était exécuté quelques instants plus tard, pour faire part de l’invitation lancée à Donald Trump par Kim Jong-un et de la réponse positive du président des Etats-Unis.

Donald Trump a multiplié les propos flatteurs à l’endroit du dirigeant nord-coréen, qu’il insultait quelques mois plus tôt

Ce dernier a donné une série de gages au cours des dernières semaines à Washington en stoppant les essais nucléaires et balistiques conduits à marche forcée depuis son arrivée au pouvoir, puis en libérant trois ressortissants américains détenus dans son pays, puis enfin en annonçant la fermeture du site d’essais de Punggye-ri, devenue effective le même jour que l’annonce de l’annulation.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Le locataire de la Maison-Blanche a dénoncé « la colère » et « l’hostilité » du régime de Pyongyang et expliqué, dans un courrier envoyé au chef d’Etat nord-coréen, qu’il n’était « pas opportun à ce stade de maintenir cette rencontre prévue depuis longtemps ».

Plus surprenant encore, cette menace à peine voilée intervient quelques lignes après un discours en apparence apaisé : « Nous avons été informés que ce sommet avait été réclamé par la Corée du Nord mais cela n’a pas d’importance pour nous et j’étais impatient de vous retrouver là-bas. »

Mais la Corée du Nord avait déjà montré, de son côté, des signes de fermeture en annulant une rencontre avec la Corée du Sud et en évoquant la possibilité d’une annulation du tête-à-tête avec Donald Trump.

Lire la suite sur www.nouvelobs.com…

Que ce soit sur l’Iran, sur la Russie et maintenant sur la Corée du Nord, les conseils et les pressions ont été nombreux, beaucoup d’acteurs impliqués autour de la table ont été voir l’administration Trump et le président lui-même, pour l’informer des enjeux.

Bruno Hellendorff: « Alors, au contraire, il y a une autre annonce de la part des Nord-coréens qui, dans le même temps, faisaient exploser leur site d’essais nucléaires, mais avec une communication par ailleurs qui disait clairement que le vice-président américain, Mike Pence, était un imbécile politiquement.

La Corée du Nord a réagi et la réaction n’a pas plu à Donald Trump ».

Lire la suite sur www.rtbf.be…

Lors d’une conférence de presse, il a dit souhaiter que la campagne de « pression maximale » sur la Corée du Nord se poursuive.

« Nous espérons que des choses positives vont avoir lieu concernant l’avenir de la Corée du Nord.

• Réunion d’urgence en Corée du Sud.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…