La jupe longue, un signe religieux ? Le flou des chiffres et de la loi

Sarah, une collégienne de 15 ans de Charleville-Mézières (Ardennes), a été interdite de cours à deux reprises à cause d’une longue jupe noire, jugée comme « un signe religieux ostentatoire ».

Sarah, une collégienne de 15 ans, a été interdite de cours à deux reprises à cause d’une longue jupe noire, jugée comme « un signe religieux ostentatoire ».

Si il y aussi peu de chiffre justement, c’est parce qu’au nom de la loi, et contrairement au voile, la jupe n’est pas considérée comme un signe religieux à l’école.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

Mais la loi sur la laïcité s’attache aussi aux comportements», rappelle Jean-Michel Ducomte, professeur de droit public à Sciences Po Toulouse et spécialiste de la laïcité. «Ici, l’équipe pédagogique a regardé la façon dont l’élève s’est emparée de cette jupe pour développer une stratégie de destabilisation et une attitude prosélyte.

Ce différend qui a opposé l’élève et la direction de l’école s’inscrit dans «un contexte particulier, qui a justement amené l’équipe pédagogique du collège Léo Lagrange à prendre cette décision», explique-t-on au Rectorat de Reims.

L’«attitude à caractère prosélyte» évoquée par la ministre de l’Education tombe-t-elle sous le coup de la loi de 2004 sur la laïcité? «Nous avons confiné le débat à ce qui était visible.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Selon l’académie, cette jupe longue a été portée par Sarah et plusieurs de ses camarades en réaction à un incident lié au port du voile.

Laïcité: « Cette jupe longue est-elle un signe de coquetterie ou de révolte?

Une collégienne de Charleville-Mézières s’est vue refuser à deux reprises l’accès aux salles de classe en raison de sa jupe, trop longue, considérée par la principale du collège comme « un signe ostentatoire d’appartenance religieuse ».

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Patrice Dutot, l’inspecteur académique des Ardennes, a apporté quelques précisions sur cette affaire : "La jeune fille n’a pas été exclue, on lui a demandé de se présenter à nouveau avec une tenue neutre et son père, semble-t-il, n’a pas souhaité que l’élève revienne au collège".

Après le débat du voile à l’école, le quotidien L’Ardennais rapporte l’histoire de Sarah K. , une jeune musulmane de 15 ans, qui s’est vue refuser l’accès à son collège pendant deux jours à cause de sa jupe.

A Charleville-Mézières, une élève a été exclue de son collège parce qu’elle portait une jupe longue noire, considérée par la direction de l’établissement comme "un signe ostentatoire d’appartenance religieuse".

Lire la suite sur www.ohmymag.com…

Le port d’une jupe longue considérée comme un « signe ostentatoire d’appartenance religieuse ».  Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, donne son point de vue sur cette affaire. Lefigaro. fr/madame. – Une jeune fille de confession musulmane a été renvoyée de son collège les 16 et 25 avril derniers à cause d’une jupe jugée trop longue.

Le fait de porter une jupe trop longue ne rentre pas dans le cadre des « signes ostentatoires d’appartenance religieuse » tels qu’ils sont définis par la loi de 2004.

La sanction est possible dès lors que vous portez un signe religieux évident ou que vous mettez en avant une appartenance religieuse pour contester un cours ou ne pas y participer.

Lire la suite sur madame.lefigaro.fr…

La mère de la collégienne musulmane interdite de cours à Charleville-Mézières en raison du port d’une longue jupe noire, demandera à sa fille de se conformer aux directives de l’Education nationale, a-t-elle indiqué mercredi. "Elle ne mettra pas" sa jupe. "C’est une jupe simple sans signe particulier, ce n’est pas religieux mais si l’école refuse que ma fille la porte en cours, elle ne la mettra pas", a expliqué la mère de la collégienne, en vacances scolaire depuis vendredi. "On ne cherche pas de problème; l’important c’est que ma fille continue ses études mais on ne comprend pas pourquoi l’école a réagi comme ça: quand il fait chaud elle met une jupe, sinon, elle met un pantalon, c’est tout", a-t-elle poursuivi.

La mère de la collégienne musulmane demandera à sa fille de se conformer aux directives de l’Education nationale.

L’élève de 15 ans, en classe de troisième au collège Léo-Lagrange dans le quartier de la Ronde Couture à Charleville-Mézières, avait été empêchée d’accéder aux cours à deux reprises au mois d’avril par la principale de l’établissement, qui estimait que sa longue jupe noire était "un signe ostentatoire" contraire aux principes de laïcité. >> LIRE AUSSI – Laïcité : peut-on interdire les jupes longues à l’école ?

Lire la suite sur www.europe1.fr…

Quelques jours plus tard, le port de jupes longues par plusieurs jeunes filles, dont Sarah, a donc été interprété comme une "provocation assumée" par l’équipe éducative, motivant la décision de leur interdire l’accès en classe sur la base de la loi du 15 mars 2004 sur "le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse" dans l’enseignement public. "Aucune élève ne peut et n’a d’ailleurs été exclue en raison de la longueur ou de la couleur de sa jupe", a abondé Najat Vallaud-Belkacem sur RTL jeudi. "Ce qui s’est réellement passé, c’est que l’équipe pédagogique a fait preuve de discernement pour juger du caractère prosélyte, ou pas, non pas de la tenue mais de l’attitude de l’élève.  En l’occurrence, il a été jugé qu’il y avait du prosélytisme de la part de l’élève.

Succincte, elle avait été précisée par une circulaire deux mois plus tard, qui rappelle que "les signes et tenues qui sont interdits sont ceux dont le port conduit à se faire immédiatement reconnaître par son appartenance religieuse tels que le voile islamique, quel que soit le nom qu’on lui donne, la kippa ou une croix de dimension manifestement excessive. " Mais le législateur prend soin de souligner que la loi ne remet pas en cause le droit des élèves de porter "des signes religieux discrets" et "les accessoires et les tenues qui sont portés communément par des élèves en dehors de toute signification religieuse.

De son côté, le ministère de l’Education nationale indiquait mardi que c’est "la combinaison entre la tenue et l’attitude qui fonde le non-respect" de la loi interdisant le port de signes ostensibles. uƒousKt€ »>(Signaler un abus) eh beh …. c'est autour de la taille qu'il faut mettre une jupe,pas autour de la tête !!!!!!!   22 avril 2015 Un ambassadeur gay au Vatican?

Lire la suite sur www.lejdd.fr…