La Dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil

Habillé de mystère, le film séduit par sa construction narrative perverse, et pourtant, Sfar manque d’alpaguer un suspense digne de ce nom à force de trop s’attarder sur l’aspect esthétisant de son long métrage.

Dans sa vision, Sfar s’attache à récréer la splendeur d’une époque tout en faisant l’éloge de la beauté de l’actrice Freya Mavor (révélée dans la série télévisée britannique Skins).

Modelé avec un grand souci de style, La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil version 2015 s’affiche comme un thriller routier racé, très agréable à contempler.

Lire la suite sur www.avoir-alire.com…

Sorties ciné du mercredi 5 Août 2015]Parmi tous les films sortis mercredi dans les salles obscures françaises, il y a celui de Joann Sfar « La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil » avec Freya Mavor, Benjamin Biolay et Elio Germano dans les rôles principaux.

Celui de Première tout d’abord qui évoque un film incroyablement shooté et incroyablement joué et se plaît à souligner le talent de Joann Sfar.

Il mettait alors en scène Samantha Eggar, Oliver Reed, Stéphane Audran sous la houlette d’Anatole Litvak.

Lire la suite sur www.stars-actu.fr…

Si le film trouve un certain charme dans ses gimmicks cartoonesques (fantasmes de la secrétaire pour son patron, yeux des provinciaux mâles braqués sur cette beauté aux jambes interminables), revisités avec drôlerie, il vaut surtout pour la façon dont il montre une héroïne qui s’émancipe et se constitue en femme libre à la faveur d’une aventure mortifère (la libération sexuelle était un sous-texte manifeste du roman), passant d’une sensualité larvée à une sensualité débridée.

Fort de deux réalisations, « Gainsbourg (vie héroïque) » et « Le chat du rabbin » toutes deux couronnées d’un César, le dessinateur prolixe s’est vu proposer de réaliser une nouvelle adaptation du roman (après celle d’Anatole Litvak en 1970) à partir d’un scénario déjà élaboré.

Mais cette habileté plastique alliée au plaisir manifeste du cinéphile tout à son exercice de style (références au « Passager de la pluie » de René Clément dont il avoue s’être inspiré, mais aussi à « Galia » de Georges Lautner) produit un film qui échoue paradoxalement à restituer l’atmosphère des seventies, même s’il ne cesse d’en agiter les signes.

Lire la suite sur leplus.nouvelobs.com…

Après plusieurs rôles dans des miniséries britanniques, elle décroche le rôle principal du dernier film de Joann Sfar, une adaptation du roman noir de Sébastien Japrisot, La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil.

La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil, elle campe Dany, une sténodactylo un peu étrange qui se retrouve mêlée à une histoire de meurtre ».

Dans La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil, elle campe Dany, une sténodactylo un peu étrange qui se retrouve mêlée à une histoire de meurtre.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Quand Freya Mavor est arrivée au casting, Joann Sfar a su qu’il tenait son héroïne. « Je me suis dit : J’ai trouvé la nouvelle Adjani », raconte le réalisateur de « la Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil », un thriller inspiré du roman de Sébastien Japrisot dont l’action se situe dans la France des années 1970.

Avec Benjamin Biolay, les deux acteurs se sont flairés et bien entendus. « On jouait au jeu du chat et la souris, ou des tigres qui se battent pour les séquences plus violentes. C’était très physique.  » Freya Mavor raconte tout ça dans un français parfait, et même sophistiqué.

Joann Sfar : «J’ai trouvé la nouvelle Adjani » Joann Sfar a fait de Freya Mavor, jeune Ecossaise inconnue, l’héroïne de son excellent thriller.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

En fait on imagine assez bien comment est venue l’idée du long métrage : Joann Sfar  rencontre Freya Mavor, la trouve canon et a envie de la filmer. Et hop ! ni une ni deux c’est partit pour  un festival de la jupe qui virevolte,de culottes mine de rien, de jambes longues, de gros plans bouche et de scènes de soutiens gorges.

Au début du film il lance l’idée de l’attirance entre la secrétaire et son patron : plans d’insert fantasmagoriques (ou elliptiques on ne sait pas encore, et ça c’est plutôt bien) c’est, on le croit un point important du livre, mais ça meurt dans l’indifférence la plus totale du réalisateur.

Il y a sûrement quelque chose à comprendre du thème de l’enfance avec ce titre qui sonne comme une phrase d’enfant et puis deux interventions de petits, mais ce n’est pas très clair, on ne comprend pas tout, comme pourquoi se rendre à a mer est si obsessionnel pour l’héroïne… Il y a trop de chose sans ligne directrice.

Lire la suite sur oblikon.net…

Les 10 stars immanquables de cette 7ème soirée de Cannesbenjamin biolay News Ciné-Séries Avec "La Dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil", thriller adapté du livre de Sébastien Japrisot, le prolifique auteur de BD Joann Sfar passe pour la troisième fois derrière la caméra, avant la sortie fin août d'un nouvel album de sa série phare "Le Chat du rabbin".

Auteur d’une œuvre foisonnante, « gourmand » comme il se définit lui-même, le dessinateur et scénariste de BD, romancier et cinéaste sortira aussi le 28 août le sixième album de sa célèbre série de BD Le Chat du rabbin, qui raconte l’histoire d’un félin espiègle doué de parole dans l’Alger du début du XXe siècle.

Inspiré par la Nouvelle Vague mais aussi par le cinéma populaire de René Clément ou Georges Lautner, le western ou encore les polars coréens, marqué par Isabelle Adjani dans L’Eté meurtrier et Marlène Jobert dans Le Passager de la pluie », Joann Sfar bâtit un film ovni, pop et psychédélique, construit autour de son héroïne.

Lire la suite sur lci.tf1.fr…