« Je n’oublierai jamais la capacité de violence de Mehdi Nemmouche », témoigne Didier François

Il faisait partie des gardes francophones de la police islamique de Daech, au début du califat, dans leurs prisons secrètes.

Il y avait un déchaînement de violence absolument incroyable.

Dans un premier temps, de juin à octobre, on a eu une phase assez dure où il était uniquement dans la violence.

Lire la suite sur www.europe1.fr…