Japon: ce que l'on sait de l'attaque au couteau dans un centre pour handicapés

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Un homme de 26 ans aurait poignardé seul, dans la nuit et en quelques minutes, les patients d’un centre pour handicapés mentaux dans lequel il était employé jusqu’en février dernier.

Selon le dernier bilan communiqué par les pompiers, au moins 19 personnes ont été tuées et 25 blessées, peu après 2h du matin, par l’homme qui s’était introduit avec plusieurs couteaux dans un centre pour handicapés mentaux de la grande banlieue de Tokyo, où il avait un temps travaillé.Selon les médias nippons, le suspect, qui était entré par effraction dans l’établissement nommé « Tsukui Yamayuri-en », en brisant une vitre vers 2h10, aurait d’abord réussi à s’échapper du bâtiment sans être appréhendé mais se serait ensuite rendu de lui-même, peu après 4h, dans une station de police proche du lieu de l’attaque, dans la ville de Sagamihara, à 50 kilomètres à l’ouest de la capitale nippone.

Selon le « Mainichi », le jeune homme s’était notamment rendu, à Tokyo, le 15 février, au domicile officiel du Président de la chambre des représentants pour remettre une lettre inquiétante au parlementaire.

Lire la suite sur www.lesechos.fr…

TOKYO (Reuters) – Un déséquilibré armé d’un couteau a tué 19 personnes alors qu’elles dormaient dans la nuit de lundi à mardi dans un centre pour handicapés de Sagamihara, près de Tokyo, a annoncé le secrétaire général du Cabinet du Japon.

La police de Sagamihara, une ville située dans la préfecture de Kanagawa, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Tokyo, a arrêté un homme de 26 ans qui avait été employé par le centre, du nom de Satoshi Uematsu, selon la préfecture.

Selon un responsable de la ville de Sagamihara, il avait été interné contre son gré dans un l’hôpital le 19 février après s’être dit prêt à tuer des personnes handicapées.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

Armé de plusieurs couteaux, il a fait irruption sur les lieux du crime vers deux heures du matin.

Au même moment, il aurait transmis une lettre manuscrite au porte-parole de la Chambre des députés dans laquelle il expliquait vouloir tuer des gens la nuit, quand les employés ne sont plus là.

Le tueur présumé avait été hospitalisé en mars dernier, les autorités craignant qu’il ne fasse du mal aux autres.

Lire la suite sur www.parismatch.com…

Un homme de 26 ans s’est introduit, vers 2 h 30 dans la nuit de lundi à mardi, dans un centre de suivi de personnes handicapées, le Tsukui Yamayuri-En de la ville de Sagamihara – du département de Kanagawa, au sud-ouest de Tokyo.

Armé d’un couteau, il a tué dix-neuf personnes et blessé vingt-cinq autres, selon un bilan donné par les pompiers.

Six hôpitaux ont accueilli les blessés, parmi lesquels vingt sont touchés grièvement avec, pour certains, de « profondes blessures » au cou, d’après un médecin.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Selon la chaîne de télévision NTV, il a ligoté des membres du personnel soignant avant d’oeuvrer à son entreprise macabre.

Le meurtrier présumé travaillait jusqu’à récemment dans ce centre qu’il avait quitté en février dernier, selon les autorités, pour des raisons qui n’ont pas été précisées.

« Il est très souriant et nous dit toujours bonjour, il semblait être un bon garçon, c’est incroyable », a réagi Akihiro Hasegawa, 73 ans.

Lire la suite sur information.tv5monde.com…

Au moins quinze personnes ont trouvé la mort et quarante-cinq autres ont été blessées la nuit dernière dans un foyer d’hébergement et de réadaptation pour handicapés à Sagamihara, une ville industrielle de 700 000 habitants située à l’Ouest du Grand Tokyo, la capitale japonnaise.

Les policiers qui ont encerclé rapidement les lieux ont confirmé avoir arrêté une demi-heure plus tard un homme d’une vingtaine d’années qui selon le porte-parole de la police de la préfecture de Kanagawa a avoué au moment de son interpellation être l’auteur de cette tuerie.

Il s’agirait, selon le correspondant du Washington Times, d’un ancien employé de l’établissement âgé de 26 ans, dont on ignorait pour l’heure les motivations.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…