Iran : «J'ai voté pour Rohani pour l'avenir de mes enfants»

15

Il affronte Ebrahim Raisi, un religieux conservateur qui dirigeait jusqu’ici l’organisation peu connue mais puissante gérant le mausolée de l’Imam Reza, un lieu saint du chiisme à Mashhad, la deuxième ville du pays.

A Téhéran du moins, celui-ci ne semble pas bénéficier d’une aura semblable à celle du président sortant.

A lire aussi: Rohani contre Raisi, le pragmatisme face à l’ordre ancien
Des pistaches et du thé sur les tables.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Les Iraniens votaient massivement et avec enthousiasme vendredi pour élire leur président, un scrutin déterminant pour le sortant Hassan Rohani et la poursuite de l’ouverture au monde entamée avec l’accord nucléaire avec les grandes puissances.

EDEN School Publicité
EDEN School L'école digitale et numérique des 14/18 ans en rupture scolaire

M. Rohani, religieux modéré de 68 ans, affronte Ebrahim Raissi, religieux conservateur de 56 ans proche du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.Le président iranien Hassan Rohani (c) vote à la présidentielle, le 19 mai 201 à Téhéran © Behrouz MEHRI AFPAvant même la clôture du vote, le camp Raissi a dénoncé des « infractions » et demandé une intervention immédiate contre « des actions de propagande de certains responsables et partisans du gouvernement » en faveur du président sortant.

Le guide suprême iranien Ali Khamenei vote à la présidentielle, le 19 mai 217 à Téhéran © Site web du guide suprême iranien/AFPM.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Hassan Rohani, religieux modéré de 68 ans, affronte Ebrahim Raissi, religieux conservateur de 56 ans proche du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

Il a également dénoncé une mauvaise présentation du nom d’Ebrahim Raissi sur les listes des bureaux de vote et l’absence de suffisamment de bulletins dans les «zones déshéritées».
»

Le président sortant et son adversaire ont appelé au «respect» du choix des Iraniens, quel que soit le résultat.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Hassan Rohani, le président sortant soutenu par le camp des réformateurs et des modérés, qui avait succédé à l’ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad (Ce dernier a vu sa candidature rejetée, ndlr) et le conservateur religieux Ebrahim Raissi, réputé proche de l’ayatollah Ali Khamenei, sont considérés comme les grands favoris.

Mais le scrutin devrait en réalité être davantage un duel alors que le premier a officiellement incité à voter en faveur de Hassan Rohani.

Depuis la chute du shah d’Iran en 1979 et la révolution islamique, l’ancienne Perse a connu un repli très fort, vivant quasiment en autarcie économique pendant une trentaine d’années.

Lire la suite sur www.rtl.fr…

Un électeur pro-Raissi défend son candidat
19/05/2017
– par Murielle Paradon
Écouter
• Il y avait du monde ce matin dans des bureaux de vote de Téhéran, comme l’a constaté notre envoyé spécial Marc Etcheverry :
• Notre envoyé spécial Toufik Benaichouche a rencontré une restauratrice de Téhéran, combative et divorcée.

Ecoutez le portrait de cette femme :
Portrait d’une femme d’affaires iranienne
19/05/2017
– par Toufik Benaichouche
Écouter
• Nos envoyés spéciaux Murielle Paradon et Boris Vichith étaient ce matin au bureau de vote installé dans la mosquée de Hosseiniyeh Ershad, à Téhéran, là où le président sortant a voté sous les acclamations de la foule.

Dans ce quartier aisé, Mir Damad, beaucoup de personnes soutiennent Rohani, comme cet électeur qui explique pourquoi il a voté pour le président sortant : « Mon vote est pour un meilleur futur pour l’Iran.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

Alors que la société iranienne est en pleine modernisation, et que la levée des sanctions internationales a permis un léger regain économique du pays, les 56,4 millions d’Iraniens doivent choisir entre deux visions politiques radicalement opposées.

Attaqué par son rival sur son bilan économique, Hassan Rohani a « déplacé le débat sur les libertés individuelles, sur un rôle plus actif des femmes, sur la défense des minorités religieuses… », indique Thierry Coville, chercheur à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et spécialiste de l’Iran.

Dans une campagne où les échanges, notamment lors des débats télévisés, ont été particulièrement virulents, « le président sortant a déclaré que ses adversaires étaient des ennemis de la liberté », rappelle Thierry Coville.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

L’élection oppose Hassan Rohani, religieux modéré de 68 ans et Ebrahim Raissi, religieux conservateur de 56 ans proche du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

À LIRE : En Iran, c’est Dieu qui dirige le pays
Avant même la clôture du vote, le camp Raissi a dénoncé des « infractions » et demandé une intervention immédiate contre « des actions de propagande de certains responsables et partisans du gouvernement » en faveur du président sortant.

Il a également dénoncé une mauvaise présentation du nom d’Ebrahim Raissi sur les listes des bureaux de vote et l’absence de suffisamment de bulletins dans les « zones déshéritées ».

Lire la suite sur www.la-croix.com…

Les Iraniens votaient massivement et avec enthousiasme vendredi pour élire leur président, un scrutin déterminant pour le sortant Hassan Rohani et la poursuite de l’ouverture au monde entamée avec l’accord nucléaire avec les grandes puissances.

M. Rohani, religieux modéré de 68 ans, affronte Ebrahim Raissi, religieux conservateur de 56 ans proche du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

Il a également dénoncé une mauvaise présentation du nom d’Ebrahim Raissi sur les listes des bureaux de vote et l’absence de suffisamment de bulletins dans les « zones déshéritées ».

Lire la suite sur www.maritima.info…