Investiture de Puigdemont : l’indépendantiste en exil risquera-t-il un retour en Espagne ?

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Puigdemont doit être physiquement présentCarles Puidgemont préparait son investiture par vidéo conférence et avait même négocié avec les indépendantistes flamands pour le faire depuis leur Parlement : la justice espagnole a de son côté estimé qu’une investiture à distance n’était pas légale.

Carles Puigdemont ajoute au trouble en jouant les provocateurs : on l’a ainsi vu, lundi après-midi, publier sur les réseaux sociaux une photo d’une avenue proche du Parlement catalan avec cette légende « 24h avant l’investiture ».

2018 à 6 :01 PSTUn responsable indépendantiste a ensuite condamné la présence de la police nationale près du Parlement, vu comme une « intimidation », selon lui.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

Ce mardi, à partir de 15 heures, le Parlement catalan doit débattre de la candidature de Carles Puigdemont, sous haute sécurité.

LIRE AUSSI – Madrid craint un retour clandestin de Carles Puigdemont en Catalogne

Les juges de la Cour constitutionnelle, agissant en urgence, ont imposé des mesures encadrant la session.

«Le Parlement de Catalogne, comme partout ailleurs doit respecter ce que la Cour constitutionnelle décide», a déclaré Mariano Rajoy dans la matinée: «S’il ne respecte pas une résolution des tribunaux, le président du Parlement pourrait sans aucun doute être tenu pour responsable».

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

{* #signInForm *} {* signInEmailAddress *} {* currentPassword *} Se connecter{* /signInForm *}Compte désactivéVotre compte a été désactivéAdresse email non vérifiéeVous devez vérifier votre adresse email pour finaliser votre inscription.

Merci de confirmer les informations ci-dessous avant de vous connecter{* #socialRegistrationForm *} {* firstName *} {* lastName *} {* emailAddress *} {* displayName *} {* phone *} {* addressCity *} {* addressCountry *} En cliquant sur « Créer un compte », vous confirmez que vous acceptez nos   conditions générales  et que vous avez lu et approuvé la  politique de protection de données personnelles.

Merci de confirmer les informations ci-dessous avant de vous connecter Se connecter{* #registrationForm *} {* firstName *} {* lastName *} {* emailAddress *} {* displayName *} {* phone *} {* addressCity *} {* addressCountry *} {* newPassword *} {* newPasswordConfirm *} En cliquant sur « Créer un compte », vous confirmez que vous acceptez nos   conditions générales  et que vous avez lu et approuvé la  politique de protection de données personnelles.

Lire la suite sur www.rfi.fr…

L’incertitude était complète lundi en Espagne sur la tenue le lendemain d’une session parlementaire pour investir à la présidence de la Catalogne l’indépendantiste Carles Puigdemont, retranché en Belgique, après un arrêt interdisant une investiture à distance.

La Cour s’est prononcée trois mois après la mise sous tutelle de la Catalogne par Madrid, le 27 octobre, après le vote au parlement catalan d’une déclaration unilatérale d’indépendance.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy avait alors dissous le parlement, destitué le gouvernement de Carles Puigdemont, chef de file séparatiste parti dans la foulée à Bruxelles et désormais visé en Espagne par un mandat d’arrêt pour « rébellion » et « sédition ».

Lire la suite sur www.rtbf.be…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn