Incendie à Bucarest: bougies, fleurs et interrogations sur la sécurité

Policiers, magistrats et experts en sécurité anti-explosions venus de la région minière du Jiu (sud-ouest) ont passé la journée à l’intérieur de la discothèque ravagée par les flammes. «Nous avons recueilli des morceaux de tissu, de matériaux d’isolation acoustique et d’autres éléments, que nous devons maintenant analyser», a déclaré le chef des experts miniers, George Gaman.

Une seule porte ouverte, pas de sorties de secours, des matériaux inflammables utilisés pour l’isolation acoustique: les 300 à 500 jeunes entassés dans la discothèque pour assister à un concert du groupe local de hard rock Goodbye to Gravity se sont retrouvés piégés lorsque un show pyrotechnique a déclenché un incendie.

Je connaissais certains d’entre eux et je crois qu’il n’y a pas de paroles pour exprimer ce que nous ressentons», confie à l’AFP un jeune homme, Alex, qui dit travailler dans le domaine musical. «C’est une injustice, le fait que des jeunes de 18 ou de 19 ans soient morts brulés vifs, piétinés…», ajoute-t-il, les yeux en larmes.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Des étrangers figurent parmi les victimes, selon le Premier ministre social-démocrate Victor Ponta qui a dit sa « solidarité envers les citoyens étrangers qui ont été blessés ou ont péri », sans donner plus de précisions à l’issue d’une réunion du gouvernement.

Un représentant d’une société privée qui s’était occupée de l’isolation phonique a déclaré à la chaîne DigiTV que les patrons du club avaient choisi la solution la moins chère, sans s’inquiéter des risques d’un incendie et sans demander l’autorisation des pompiers.

Et après s’être rendu sur les lieux de l’accident, le président roumain a jugé « inimaginable qu’il y ait pu y avoir autant de gens réunis pour un concert dans un tel espace et qu’une tragédie ait pu se produire dans un temps aussi court parce que des normes simples (de sécurité) ont été ignorées ».

Lire la suite sur www.lexpress.fr…