Il y a 50 ans, la télévision française basculait vers la couleur

13 ans après les Etats-Unis, la France passait à son tour à la télédiffusion en couleur.

3 ans après son lancement, le nombre de récepteurs couleurs plafonnait encore autour de 50 000, pour un parc total de 10 millions de téléviseurs.

Salique / L. Michel

SécamEn 1967, la télévision française adopte donc le procédé Sécam, inventé par l’ingénieur Henri de France pour contrer les systèmes NTSC américain et PAL allemand.

Lire la suite sur culturebox.francetvinfo.fr…

Le 1er octobre 1967 à 14h15, il y a 50 ans exactement, la télévision française passait à la couleur.

Une révolution technologique réservée à quelques centaines de privilégiés équipés d’un poste adapté.La première émission couleur, diffusée sur le 2e chaîne, accueillait une allocution du ministre de l’information, Georges Gorse, entouré de Claude Mercier, directeur de l’équipement et de l’exploitation, Jacques-Bernard Dupont, directeur général de l’ORTF, et Émile Biasini, directeur de la télévision.Retour en images sur cet événement historique de télévision, avec les archives de l’INA (Institut National Audiovisuel) ci-dessous.

Lire la suite sur www.sudouest.fr…

Cette situation est d’autant plus paradoxale que le procédé français SECAM fournit une image très supérieure au NTSC américain, ou au PAL européen, que plus de 80 pour 100 des programmes de la deuxième chaîne sont réalisés en couleur et qu’un effort considérable est accompli actuellement par l’O.R.T.F. pour améliorer et enrichir les programmes en couleur.

Chez Locatel, où on peut louer un récepteur couleur cent trente-neuf francs par mois, on n’a répondu, jusqu’à ce jour, qu’à sept mille demandes.

La mauvaise réputation de l’image couleur en France a une autre raison: dans la vitrine du revendeur, le récepteur, obligatoirement face au public, se trouve souvent dans de mauvaises conditions.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…