Hollande se présente en père de la nation

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Et parce que 2015 a aussi été l’année des record du vote pour un parti d’extrême droite en France, le chef de l’Etat a martelé sa vision de «la patrie», «au coeur de (s)on engagement»: dans «l’ouverture au monde», le «respect des autres», «l’égalité» et «la confiance dans l’avenir». «Jamais dans le repli, la fermeture, la discrimination ou la nostalgie», comme les incarne le Front national, qu’il ne nomme pas.  «Ce qui s’est produit» en 2015 «nous a changés, transformés même», a conclu Hollande après plus de huit minutes de vœux.

Alors que la gauche est en phase d’explosion sur le projet d’inscrire dans la Constitution la déchéance de nationalité pour les binationaux jugés coupables de terrorisme, Hollande renvoie le Parlement à «ses responsabilités». «Le débat, il est légitime, je le respecte, il doit avoir lieu», a souligné le chef de l’Etat, tout en mettant en garde: «Quand il s’agit de notre protection, la France ne doit pas se désunir, elle doit prendre les bonnes décisions, au-delà des clivages partisans et en conformité avec nos principes essentiels.

Debout derrière un pupitre, solennel – plutôt que derrière une table, assis – le président de la République a ainsi commencé par égrener les attaques vécues cette année: Charlie Hebdo, l’Hyper Cacher, Montrouge, Villejuif, Saint-Quentin-Fallavier, celui – raté – du Thalys, pour terminer sur «l’horreur avec les actes de guerre perpétrés à Saint-Denis et à Paris». 2015 restera pour François Hollande l’année des attentats sous son quinquennat.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Toujours drapé dans son rôle de père de la nation qui lui a valu une remontée spectaculaire dans les sondages au lendemain des attentats du 13 novembre, François Hollande s’est aussi élevé contre les profanations de lieux de culte, comme une « salle de prière » musulmane en Corse. « Ces gestes-là ne resteront jamais impunis, qu’ils concernent une mosquée, une synagogue, un temple ou une église.

Face à la haine, elle a montré la force de ses valeurs, celles de la République », a lancé le chef de l’Etat. « Mon premier devoir, c’est de vous protéger », a-t-il assuré, se disant « fier » des Français, qui ont « fait preuve dans ces circonstances de détermination, de solidarité et de sang-froid ». « Vous protéger, c’est agir à la racine du mal : en Syrie, en Irak.

S’il a jugé le débat sur ce point « légitime », François Hollande a maintenu sa position et appelé les Français à ne pas se « désunir ». « J’ai annoncé une révision de la Constitution pour donner un fondement incontestable au recours à l’état d’urgence lorsqu’un péril imminent nous fait face et pour déchoir de la nationalité française les individus condamnés définitivement pour crime terroriste.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

La réalité et la métaphore de l’état d’urgence ne font pas une politique efficace. – Pierre Laurent, secrétaire national du PCF : «Les annonces faites ce soir par le président de la République nous indiquent, malgré les belles paroles, que la trajectoire du gouvernement n’est ni l’apaisement des tensions en France et dans le monde, ni la présentation de mesures efficaces pour la création et la protection de l’emploi François Hollande a déclaré l’+état d’urgence économique et sociale+ mais de concret, rien L’inscription de l’état d’urgence dans la Constitution et le maintien, malgré les alertes de la société civile, de l’extension de la déchéance de nationalité aux binationaux sont totalement contraires au discours de François Hollande sur la patrie, sur l’unité des Français». – Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France : «François Hollande a rappelé la gravité des menaces qui persistent.

François Hollande s’est rendu jeudi soir au pied des Champs-Elysées à la rencontre des forces de sécurité et de secours engagées sur le terrain pour la nuit de la Saint-Sylvestre, après avoir évoqué une menace terroriste à son «plus haut niveau» lors de ses voeux aux Français.

Double peine: l'écouter et devoir le commenter. – Julien Bayou, porte-parole d’Europe Écologie-Les Verts : «François Hollande nous a offert un nouveau discours du 31 sans annonce concrète si ce n’est l’entêtement sur la déchéance de nationalité. – Bruno Le Roux, président du groupe PS à l’Assemblée : «Je souhaite que l’appel du Président de la République à faire vivre l’unité nationale soit entendu de tous.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

François Hollande, qui a évoqué « un état d’urgence économique et social », a toutefois annoncé une formation pour « 500. 000 » demandeurs d’emploi supplémentaires.  La « cause du climat » doit devenir « un grand chantier pour l’emploi et pour la qualité de la vie » avec le lancement d' »un programme de grands travaux pour la rénovation de nos bâtiments, pour le développement des énergies renouvelables et pour la croissance verte ».

« La lutte contre le chômage reste ma première priorité », a assuré le président, qui sur ce front, n’a pourtant essuyé que des échecs depuis le début de son quinquennat : avec 3,57 millions de personnes sans activité, le chômage demeure en France à un niveau record.

Lors de sa traditionnelle allocution télévisée depuis l’Elysée, le président de la République s’est posé en protecteur de la nation face à la menace terroriste, qui a-t-il dit, « reste à son plus haut niveau ».

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

Le président a par ailleurs justifié son projet de révision de la Constitution qui doit selon lui « donner un fondement incontestable au recours à l’état d’urgence lorsqu’un péril imminent nous fait face » et permettre de « déchoir de la nationalité française les individus condamnés définitivement pour crimes terroristes ».

Le ton grave, le chef de l’Etat a de nouveau averti ses compatriotes, alors que plus de 100. 000 policiers et gendarmes étaient mobilisés pour la nuit de la Saint-Sylvestre: « je vous dois la vérité, nous n’en avons pas terminé avec le terrorisme, la menace (… ) reste même à son plus haut niveau, nous déjouons régulièrement des attentats ».

Puis face à « l’état d’urgence économique et social », il a annoncé « un plan massif de formation des demandeurs d’emploi » avec « 500. 000 personnes de plus accompagnées vers les métiers de demain » et pour les PME où « les emplois se créent », « de nouvelles aides à l’embauche (… ) dès le début de la nouvelle année ».

Lire la suite sur lentreprise.lexpress.fr…

Puis, François Hollande est revenu sur l’un de ses échecs de l’année 2015: la lutte contre le chômage, toujours en hausse. «La lutte contre le chômage reste ma première priorité», a-t-il toutefois assuré alors que l’inversion de la courbe du chômage apparaît de plus en plus illusoire.

Le chef de l’Etat a quand même fait plusieurs annonces dont un texte visant à simplifier le Code du travail. «Un plan massif de formation des demandeurs d’emploi sera lancé: 500 000 personnes de plus seront accompagnées vers les métiers de demain», a-t-il déclaré.

Enfin, le président de la République est revenu sur le succès de la COP21. «La France a, désormais, la responsabilité de mettre en œuvre ce qui a été décidé pour la planète (… ) C’est pourquoi, nous lancerons un programme de grands travaux pour la rénovation de nos bâtiments», a déclaré François Hollande.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Après s’être félicité du succès obtenu lors de la Cop21 qui s’est déroulée début décembre à Paris, François Hollande a annoncé « un programme de grands travaux » pour « la croissance verte » et faire de « la cause du climat un grand chantier pour l’emploi et pour la qualité de la vie ».  « Nous lancerons un programme de grands travaux pour la rénovation de nos bâtiments, pour le développement des énergies renouvelables et pour la croissance verte », a déclaré le chef de l’Etat dans ses voeux aux Français pour l’année 2016.

François hollande a rappelé que « la lutte contre le chômage reste ma priorité ».  Le président de la République a annoncé jeudi le lancement d’un « plan massif de formation des demandeurs d’emploi ». « 500. 000 personnes de plus seront accompagnées vers les métiers de demain, a-t-il déclaré.

« Vous protéger, c’est agir ici sur notre sol », a-t-il poursuivi.  Pour mener à bien cette tâche, le président de la République a défendu l’extension de la déchéance de nationalité pour les personnes condamnées pour acte de terrorisme.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn