Hervé Cornara devait fêter ses 55 ans aujourd'hui

Lire la suite sur www.leprogres.fr…

Des drogues dures qui arrivent en douce grâce au web Les nouveaux produits de synthèse reproduisent les effets des stupéfiants…. « Tomber sur des fous comme ça, c’est pire qu’une horreur » Des hommages à Hervé Cornara, décapité par un de ses employés, ont eu lieu à Fontaines-sur-Saône (Rhône), où il résidait, et à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), où l’attentat s’est déroulé.  Jeanine, la tante de la victime, est sous le choc.

« Tomber sur des fous comme ça, c’est pire qu’une horreur » Des hommages à Hervé Cornara, décapité par un de ses employés, ont eu lieu à Fontaines-sur-Saône (Rhône), où il résidait, et à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), où l’attentat s’est déroulé.  Jeanine, la tante de la victime, est sous le choc. 1/2 Fontaines-sur-Saône, hier.

Jeanine Charpenay est apparue bouleversée lors de l’hommage rendu à son neveu : « C’est horrible, horrible. Saisis d’effroi.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Ensemble, et surtout sous l’impulsion d’Hervé, ils avaient relancé l’association des locataires il y a quinze ans : « Il se battait avec l’Opac lorsque le chauffage ne marchait pas ; il s’est impliqué pour garder la poste ; il voulait organiser un grand barbecue ces jours-ci… », énumère son ami Fernand. gé de 54 ans, marié et père d’un jeune homme aujourd’hui âgé d’une vingtaine d’années, ce patron d’une entreprise était resté fidèle, malgré ses succès, à ce quartier où il a grandi. « C’était quelqu’un qui voulait toujours aider les gens, a témoigné son fils Kévin, hier, sur LCI.

Tandis qu’en Tunisie, les touristes quittaient en masse le pays, au grand dam d’habitants dépassés par tant de violence, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, submergées par l’émotion, en Isère, où Hervé Cornara, un homme de 54 ans, a été assassiné.

Bien connu et très apprécié de tous, Hervé Cornara était un enfant de Fontaines-sur-Saône, en Isère, commune située à quelques kilomètres de Lyon et de Saint-Quentin-Fallavier, où il a été assassiné, vendredi.

Lire la suite sur www.letelegramme.fr…

Hervé Cornara était un « enfant du quartier », qui « se donnait à fond dans tout »: sur les hauteurs de Fontaines-sur-Saône (Rhône), ses voisins saluaient, émus, samedi, la mémoire de ce chef d’entreprise, dont le corps décapité a été découvert la veille à Saint-Quentin-Fallavier (Isère). « C’est un mec formidable », soupire, sans arriver à parler de lui au passé, Fernand Rodriguez, secrétaire de l’association des locataires du quartier des Marronniers, que présidait Hervé Cornara.

Ensemble, et surtout sous l’impulsion d’Hervé, ils avaient relancé l’association des locataires il y a 15 ans: « Il se battait avec l’Opac lorsque le chauffage ne marchait pas; il s’est impliqué pour garder la poste; il voulait organiser un grand barbecue ces jours-ci… » énumère son ami Fernand. gé de 54 ans, marié et père d’un jeune homme aujourd’hui âgé de 21-22 ans, ce chef d’entreprise était resté fidèle, malgré ses succès, à ce morceau de ville où il a grandi.

Sa maman, 87 ans, habite toujours dans la tour en face. « Il travaillait beaucoup, surtout depuis qu’il avait sa deuxième société à Chassieu, on se disait que ça lui ferait trop », ajoute Fernand Rodriguez, tandis que son épouse baisse la tête et sanglote, dans leur appartement du premier étage de la même barre d’immeuble que la victime.

Lire la suite sur www.lesnewseco.fr…

Lire la suite sur www.bienpublic.com…

A tel point qu’il nous épuisait presque et que nous devions parfois lui demander de lever le pied. » Infatigable, Hervé, en plus de ses deux sociétés, trouvait encore le temps et l’énergie de faire un tour le soir pour voir si tout allait bien, s’il ne fallait pas encore améliorer quelque chose ou s’il devait se dévouer pour appeler le gendarmes face à quelque problème.

La seule infidélité au quartier, Hervé l’a faite en allant s’installer quelque temps en Martinique, pour y tenir une affaire avec son frère, qui vit toujours là-bas. «Les îles, cette affaire, ce n’était pas vraiment son truc, raconte Miguel.

Jeune, Hervé est déjà un leader naturel. «Nous formions un clan, et Hervé était notre chef. » Aujourd’hui, les amis d’enfance vivaient toujours l’un à côté de l’autre, au milieu «des anciens», avec lesquels ils se retrouvaient très régulièrement.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Ensemble, et surtout sous l’impulsion d’Hervé, ils avaient relancé l’association des locataires il y a 15 ans : « Il se battait avec l’Opac lorsque le chauffage ne marchait pas ; il s’est impliqué pour garder la poste ; il voulait organiser un grand barbecue ces jours-ci.. « . énumère son ami Fernand. gé de 54 ans, marié et père d’un jeune homme aujourd’hui âgé de 21-22 ans, ce chef d’entreprise était resté fidèle, malgré ses succès, à ce morceau de ville où il a grandi.

La voix chevrotante, il a ensuite invité les habitants des Marronniers à se donner la main pendant la minute de silence, avant d’aller déposer un bouquet de fleurs devant le n°10 de l’immeuble, où résidait Hervé Cornara. Déjà abonné ? Déjà abonné ?

« Il travaillait beaucoup, surtout depuis qu’il avait sa deuxième société à Chassieu, on se disait que ça lui ferait trop », ajoute Fernand Rodriguez, tandis que son épouse baisse la tête et sanglote, dans leur appartement du premier étage de la même barre d’immeuble que la victime.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…