Habile orateur, Emmanuel Macron charme les étudiants de Ouagadougou

Avec son franc-parler, le président français a brisé quelques tabous et convaincu son auditoire d’un renouvellement de la relation entre la France et l’Afrique.

Mais il y a surtout un continent que nous devons regarder en face », a soutenu d’emblée le chef de l’Etat français, soucieux d’éviter la posture du donneur de leçon sur un continent qui n’en a que trop reçues.

Quelques minutes avant l’entrée en scène du président français, accompagné de son homologue burkinabé Roch Marc Christian Kaboré qui sera resté mutique durant les 1 h 45 de discours, Boubacar Ouattara, un leader estudiantin « tendance gauchiste », martelait qu’il est temps de « mettre un terme au pacte colonial » qui, selon lui, régule depuis les indépendances les relations de la France et de ses anciennes colonies africaines.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…

A l’université de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, ce mardi, devant un public d’étudiants, Emmanuel Macron a manié un style direct, très à l’aise devant des représentants de la jeunesse africaine.

Alors qu’on le sollicite sur les problèmes de climatisation de l’établissement universitaire où tous s’étaient réunis, Emmanuel Macron s’étrangle: « Mais vous m’avez parlé comme si j’étais le président du Burkina Faso!

Il a poursuivi dans une atmosphère chahutée: « C’est quelque part que vous me parlez comme si j’étais toujours une puissance coloniale mais moi je ne veux pas m’occuper de l’électricité dans les universités du Burkina Faso.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

Dans le bouillant amphithéâtre de l’université de Ouagadougou, Emmanuel Macron a fait, une fois de plus, la démonstration d’une confiance hors norme en sa capacité de convaincre, ou au moins de séduire.

Mardi, il a pris un plaisir évident à prolonger sa rencontre avec les étudiants, bousculant l’agenda de son après-midi au Burkina Faso.

Et puisque c’est en Afrique, selon lui, que se jouent l’«attractivité» et le «rayonnement» du français, il a confié son rêve de voir bientôt «une jeune fille burkinabée» conquérir, comme lui, le pouvoir par la force des mots.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Une attaque à la grenade contre des soldats français à Ouagadougou a marqué l’arrivée du président français Emmanuel Macron au Burkina Faso pour sa première tournée en Afrique devant initier une « nouvelle étape » de la relation entre Paris et ce continent.

Lors de cette visite de trois jours qui doit le mener également en Côte d’Ivoire et au Ghana, Emmanuel Macron entend convaincre une jeunesse africaine de plus en plus hostile à la présence française sur le continent, sur fond de menace terroriste persistante au Sahel, que les troupes françaises installées dans la région ont du mal à combattre, et d’un flux migratoire croissant que l’Europe veut endiguer.

La France, ancienne puissance coloniale, entretient une coopération militaire ininterrompue avec les autorités du Burkina depuis l’accession à l’indépendance du territoire de la Haute Volta en 1960.

Lire la suite sur www.rtbf.be…