Givenchy et son amie Audrey Hepburn, «cet ange aux yeux de biche»

INTERVIEW – A l’occasion d’une émission consacrée à l’actrice mythique diffusée en 1998, le couturier, décédé ce week-end à 91 ans, avait reçu Le Figaro pour partager ses souvenirs.

Avec ses yeux immenses, sa grâce presque fragile, son élégance innée et son sourire mutin, Audrey Hepburn incarne pour toujours cette fée gracile mais déterminée qui dompta la machine hollywoodienne.

LIRE AUSSI – Audrey Hepburn et Hubert de Givenchy, une amitié haute couture

Quel fut le premier film dans lequel vous lui avez confectionné ses costumes?

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Le célèbre couturier français Hubert de Givenchy, fondateur de la maison éponyme, est décédé dans son sommeil à l’âge de 91 ans, ce samedi 10 mars.

Alors que la mode était régie par des règles strictes, ce vêtement visiblement confortable donne un sentiment de simplicité et d’accessibilité.

Cinq ans plus tard, en 1957, un nouveau succès frappe à la porte du couturier: la robe-sac.

Lire la suite sur www.huffingtonpost.fr…

Lire la suite sur france3-regions.francetvinfo.fr…

« Le secret de l’élégance, c’est d’avoir l’air soi-même »: silhouette aristocratique indissociable de celle de sa muse Audrey Hepburn, le couturier français Hubert de Givenchy, décédé samedi, a mis durant plus de quarante ans son talent au service d’un chic raffiné.

Le couturier français Hubert de Givenchy avec l’actrice Audrey Hepburn le 21 octobre 1991 à Paris © PIERRE GUILLAUD AFP/Archives
Sa première collection (1952), presque entièrement constituée de pièces séparables, susceptibles d’être combinées de diverses manières, remporte aussitôt un vif succès.

Le couturier français Hubert de Givenchy le 23 novembre 2016 lors d’une exposition consacrée à son oeuvre au Gemeentemuseum de La Hague © Bart Maat ANP/AFP/Archives
En juillet 1995, il présente sa dernière collection de haute couture, dédiée à son personnel, en présence d’Yves Saint Laurent, Christian Lacroix, Jean-Louis Scherrer, Kenzo, Paco Rabanne, Valentino… Une collection qu’il a voulue « toujours plus épurée, plus simple », guidé par le souci de « parvenir à l’essence même d’un manteau, d’une robe, d’un tailleur ».

Lire la suite sur www.lepoint.fr…