G5 Sahel : « Sans les femmes, nous ne parviendrons jamais à la paix »

Présidente de la Coalition femmes, paix et sécurité au Burkina Faso, engagée « depuis l’enfance » sur la question du genre, Justine Coulidiati-Kielem a trouvé un porte-voix de taille : il y a quelques mois, cette docteure en socio-économie a été choisie pour représenter la plateforme des femmes du G5 Sahel, créée le 23 juillet 2018 à N’Djaména (Tchad).

Alors que le sommet des chefs d’Etat du G5 Sahel, qui regroupe la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad, se tient mardi 5 février à Ouagadougou, Justine Coulidiati-Kielem a répondu aux questions du Monde Afrique.

Chez les Mossi par exemple, lorsque le roi rend un jugement, il y a toujours une porte discrète où on place une femme particulière pendant les débats.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Après avoir été attaqués par un groupe armé, les forces de défense burkinabè ont lancé une « contre-offensive » qui « a permis de neutraliser 21 terroristes ».

Alors que s’est ouvert mardi à Ouagadougou un nouveau sommet du G5 Sahel, rassemblant les chefs d’État des cinq pays membre (G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Tchad, Niger et Burkina Faso), le le nord du pays a de nouveau été le théâtre d’affrontements meurtriers entre forces de sécurité et de défense burkinabè et des groupes armés qualifiés de « terroristes » par les autorités.

Une « Réaction » aux opérations de la veille

Mardi, dans la matinée « un détachement militaire du groupement de forces de sécurisation du Nord installé à Oursi dans la province de l’Oudalan a été attaqué par des terroristes », écrit le colonel major Lamoussa Fofana, porte-parole de l’armée, dans un communiqué publié mardi soir.

Lire la suite sur www.jeuneafrique.com…

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube : http://f24.my/youtube

En DIRECT – Suivez FRANCE 24 ici : http://f24.my/YTliveFR

Au menu du journal de l’Afrique, le 5e sommet du G5 Sahel à Ouagadougou.

Réunis dans la capitale burkinabé, les présidents malien, mauritanien, tchadien et nigérien ont discuté des mesures à prendre face au jihadisme.

Ces derniers mois, le Burkina Faso fait face à une vague de violence sans précédent.

Lire la suite sur www.youtube.com…

Le Burkina Faso assure, à partir de ce 5 février 2019, la présidence du G5 Sahel.

Mais le président du parti Le Faso Autrement (opposition), Ablassé Ouédraogo, se demande si c’est indiqué au regard de la situation sécuritaire.

Dans le contexte de dégradation catastrophique et effrayante de la sécurité  que vit le Burkina Faso, deux questionnements me taraudent l’esprit et certainement que je ne suis pas seul dans ce cas:

Nous savons tous que «GOUVERNER C’EST PREVOIR» et «PREVOIR C’EST SAVOIR AUSSI ETRE REALISTE».

Lire la suite sur www.wakatsera.com…

C’est bon pour le moral de la troupe, et c’est aussi bon pour le moral du peuple burkinabè qui ne demande qu’à être débarrassé de cette vermine qui est en passe, si ce n’est déjà fait, de confisquer sa liberté et de prendre complètement en otage la quiétude de populations qui ne rêvent que de meilleures conditions de vie.

Car, des efforts et des attaques d’envergure, il en reste encore à déployer pour espérer venir à bout de l’araignée venimeuse qui ne fait que tisser sa toile et semble avoir atteint sa vitesse de croisière, tant les attaques sont devenues quasi quotidiennes.

En effet, au départ confinée au Nord du pays, l’hydre terroriste s’est progressivement métastasée pour se retrouver dans les régions de l’Est, de la Boucle du Mouhoun, du Houët, du Sud-Ouest, et dans toutes les autres localités du pays qui ont été mises sous état d’urgence.

Lire la suite sur lepays.bf…