“Everybody knows”, d’Asghar Farhadi : romance et crime en ouverture du 71e Festival de Cannes

Les premières images du nouveau film d’Asghar Farhadi, qui ouvre ce mercredi la compétition du 71e Festival de Cannes, évoquent un clocher mythique du cinéma : celui de Vertigo, où Madeleine (Kim Novak) trouvait la mort.

Les scènes d’exposition dans les films de Farhadi sont toujours un modèle d’efficacité narrative : quelques conversations en apparence banales, quelques échanges de regards suffisent au cinéaste iranien pour suggérer les liens entre les nombreux personnages.

Comme dans ses autres contes moraux — et cette fois-ci sans tomber dans l’autocaricature du Client, son précédent film —, le réalisateur d’Une séparation montre comment un événement imprévu peut révéler à chacun ses failles intimes.

Lire la suite sur www.telerama.fr…

Dans ce film tourné en Espagne et en espagnol, en lice pour la Palme d’or, le réalisateur doublement oscarisé d' »Une Séparation » et du « Client », qui aime disséquer les relations humaines et sociales, suit à nouveau des personnages placés au coeur de conflits moraux et familiaux qui les déstabilisent.

« C’est le personnage le plus difficile que j’aie eu à jouer jusqu’ici, car pendant les trois quarts du film, elle est complètement désespérée », a confié Penélope Cruz dans un entretien à quelques journalistes dont l’AFP.

Et c’est seulement après +Le Passé+ (2013) qu’on a vraiment commencé à lancer le développement du projet avec un producteur », ajoute-t-il.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Ils se sont connus sur le tournage du caliente « Jambon Jambon », de Bigas Luna – elle avait 17 ans, lui, cinq de plus.

Mais ce n’est que seize ans plus tard, sur le plateau de « Vicky Cristina Barcelona », qu’est né leur couple.

Cruz et Bardem, au-delà du « couple mythique ».

Lire la suite sur www.nouvelobs.com…

Cannes, bien sûr, est un endroit merveilleux, la ville est belle, le festival glamour, mais en même temps, très sérieux : on y célèbre le cinéma.

Je suis venue au festival de Cannes une dizaine de fois et j’y ai vécu des moments très intéressants.

C’est vrai, c’est un grand cirque, mais c’est un festival très respecté, qui célèbre le cinéma comme aucun autre.

Lire la suite sur www.leprogres.fr…

Le couple glamour Javier Bardem-Penélope Cruz sur le tapis rouge et Cate Blanchett en présidente de jury engagée pour la cause des femmes: le Festival de Cannes lance mardi soir sa 71e édition, la première depuis le séisme Weinstein.

Cate Blanchett (2e g) et une partie des membres du jury du 71e Festival de Cannes au balcon de l’hôtel Martinez à Cannes, le 7 mai 2018 © Alberto PIZZOLI AFP
Le film du réalisateur iranien d’une « Séparation » sera le premier des 21 longs métrages qui se disputeront la Palme d’or jusqu’au 19 mai.

Cinéastes sous surveillance
Penelope Cruz et Javier Bardem, le 6 septembre 2017 au Festival du film de Venise © Filippo MONTEFORTE AFP/Archives
Parmi eux figureront notamment le dernier opus de la légende Jean-Luc Godard, celui de l’Américain Spike Lee, de retour 27 ans après « Jungle Fever », ou encore ceux de l’Iranien Jafar Panahi et du Russe Kirill Serebrennikov, cinéastes sous surveillance dans leur pays, tous deux en compétition pour la première fois.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…