États-Unis : 4 questions pour comprendre l’enquête sur l’ingérence russe

Affaire russe : George Papadopoulos, ex-conseiller de Trump, admet avoir menti au FBI

En quoi les nouvelles révélations sur l' »enquête russe », avec notamment l’inculpation de trois anciens conseillers de Trump, sont-elles particulièrement embarrassantes pour le président américain ?

Ces dernières semaines, Donald Trump et Sarah Sanders, son attachée de presse, se sont efforcés de minimiser la portée de cette enquête, en laissant entendre qu’elle serait bientôt terminée, qu’elle ne reposait sur rien, qu’il ne s’agissait en somme que d’une imposture politique, le tout étant téléguidé par les démocrates.

Mais l’inculpation de Paul Manafort, Richard Gates et George Papadopoulos, et la nature très lourde des chefs d’inculpation, invalident totalement la ligne de défense du président américain.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

Paul Manafort, Richard Gates et George Papadopoulos, trois conseillers du président américain, sont visés par l’« enquête russe ».

Le plus embarrassant, pour l’administration Trump, dans les mises en examen annoncées, lundi 30 octobre à Washington, par le procureur spécial chargé de l’enquête sur d’éventuelles interférences russes dans la campagne présidentielle de 2016, ne porte pas sur les deux premières personnes concernées : Paul Manafort, qui fut quelques mois le directeur de campagne de Donald Trump, et l’un de ses associés, Richard Gates.

Manafort et Gates – fausses déclarations, fraude fiscale, blanchiment d’argent portant sur 18 millions de dollars pour le premier, 3 millions pour le second – n’auront pas étonné les familiers du dossier : M. Trump s’était séparé de Paul Manafort lorsque les liens d’affaires entre ce dernier et l’ancien président ukrainien prorusse Viktor Ianoukovitch, l’un des dirigeants les plus corrompus de l’espace postsoviétique, étaient devenus publics.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

INFOGRAPHIE – Avec l’inculpation de trois membres de l’équipe de campagne de Donald Trump lundi, l’enquête sur les possibles ingérences russes lors de la présidentielle de 2016 a pris un nouveau tournant.

Un mois avant l’élection présidentielle américaine de 2016, les services de renseignements américains accusent la Russie d’avoir piraté et diffusé pendant la campagne des emails de conseillers de l’adversaire de Donald Trump, la démocrate Hillary Clinton.

Paul Manafort, ex-directeur de campagne de Donald Trump et son associé Richard Gates ont été mis en examen pour «complot contre les États-Unis», et onze autres chefs d’inculpation dont blanchiment, fausses déclarations et non déclarations de comptes détenus à l’étranger.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

George Papadopoulos, poursuivi par la justice américaine dans l’enquête sur une éventuelle ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016, était un obscur consultant spécialisé dans le pétrole et le gaz avant d’intégrer l’équipe des conseillers en politique étrangère de Donald Trump.

A seulement 29 ans, George Papadopoulos avait rallié l’équipe du candidat républicain en mars 2016 après avoir collaboré avec le sénateur Ben Carson, qui s’est retiré des primaires du Grand Old Party (GOP) pour soutenir M. Trump.

M. Trump, qui saluait à l’époque un « excellent » consultant, l’a qualifié mardi de « jeune volontaire de bas niveau » et de « menteur » après qu’il a admis avoir caché au FBI ses contacts répétés avec des intermédiaires du pouvoir russe.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Tous trois membres de la campagne Trump, Paul Manafort, Richard Gates et George Papadopoulos ont été inculpés par le procureur spécial Robert Mueller.

Paul Manafort, un lobbyiste très politiqueNon-déclarations de comptes détenus à l’étranger, fausses déclarations, blanchiment, complot contre les Etats-Unis… Ce ne sont que quelques-uns des douze chefs d’accusations retenues contre Paul Manafort et Richard Gates, qui ont plaidé non coupables.

A la place de l’inexpérimenté Corey Lewandowski, Donald Trump mise sur Paul Manafort pour s’assurer du soutien des délégués.Paul Manafort (REUTERS/James Lawler Duggan) A 67 ans, ce dernier fait son retour sur le devant de la scène politique, avec un petit goût de déjà-vu.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Le procureur spécial enquêtant sur l’affaire, Robert Mueller, a mis en accusation notamment Paul Manafort, l’ex-directeur de cette équipe de campagne, et un conseiller ayant menti sur ses contacts avec Moscou.

Ces premières poursuites pénales lancées par Robert Mueller interviennent à quelques jours du premier anniversaire de l’élection de M. Trump.

Nettement plus embarrassantes pour M. Trump sont les révélations concernant un de ses anciens conseillers subalternes, jusqu’à maintenant resté dans l’ombre: George Papadopoulos a plaidé coupable d’avoir menti aux enquêteurs de la police fédérale (FBI).

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

En août 2016, Manafort a été contraint de démissionner sur fond de scandale, dans la mesure où il a été le conseiller de l’ancien président d’Ukraine, Manafort avait également travaillé aux côtés de trois anciens présidents des États-Unis, que sont Gerald Ford (1974-1977), Ronald Reagan (1981-1989) et Georges H. W Bush (1989-1993).

Suite au départ de Manafort, Gates a rapidement quitté son poste auprès du président.

Paul Manafort et Rick Gates sont visés par douze chefs d’inculpation parmi lesquels : complot contre les États-Unis, blanchiment d’argent, fausses déclarations et non déclarations de comptes détenus à l’étranger.

Lire la suite sur blog.francetvinfo.fr…