Entre la France et l’Algérie, les plaies toujours ouvertes de la mémoire

Lire aussi :   « Sétif reste au cœur des relations franco-algériennes »

En 2005, une première reconnaissance est formulée par l’ambassadeur de France à Alger, Hubert Colin de Verdière, qui évoque une « tragédie inexcusable ».

Lors de son premier déplacement à Alger en tant que chef de l’Etat, Emmanuel Macron avait martelé son intention de « tourner la page du passé » pour « construire une nouvelle relation avec l’Algérie et notamment avec la jeunesse ».

Lire aussi :   Guerre d’Algérie : la France va devoir indemniser des victimes algériennes

La pension, souvent symbolique selon le niveau d’invalidité de la victime, est néanmoins une reconnaissance du statut de victime.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

HISTOIRE « Ce n’est pas au président de la République de rouvrir la tombe », a lancé celui qui a combattu dans un régiment de parachutistes en 1956-1957 en Algérie…

Emmanuel Macron, a reconnu jeudi que Maurice Audin, mathématicien communiste disparu en 1957, est « mort sous la torture du fait du système institué alors en Algérie par la France ».

Macron commet un acte de division, en pensant flatter les communistes », a déclaré au Talk du Figaro la présidente du Rassemblement national (RN, ex FN).

C’est un événement de guerre et de guerre civile, où les règles qui sont appliquées ne sont pas toujours celles de la SDN », a demandé l’ancien président du FN (devenu RN en juin), Jean-Marie Le Pen, interrogé par RTL.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Invité de l’émission Territoire d’Infos sur Public Sénat et les Indés Radios, Emmanuelle Ménard députée de l’Hérault apparentée Rassemblement national (RN)  salue la visite rendue par Emmanuel Macro n à la veuve de Maurice Audin.Invité de l’émission Territoire d’Infos sur Public Sénat et les Indés Radios, Emmanuelle Ménard députée de l’Hérault apparentée Rassemblement national (RN)  salue la visite rendue par Emmanuel Macro n à la veuve de Maurice Audin.

Il aura fallu 60 ans pour que l’Etat reconnaisse sa responsabilité dans la disparition puis la mort de Maurice Audin en 1957 en Algérie.

Emmanuel Macron est venu demander « pardon » à la veuve de Maurice Audin.

Lire la suite sur www.ladepeche.fr…