Enfants prisonniers d’une grotte en Thaïlande: quels seront les impacts sur leur santé?

Pour les médecins, se pose la question des conséquences que peut avoir sur eux cette longue attente dans l’obscurité, aussi bien sur leur santé physique que mentale.

Etre enfermé dans un espace confiné pendant tant de jours, a fortiori quand on est un enfant, peut provoquer de « la peur, de la confusion, des troubles de l’anxiété et aussi un sentiment d’abandon », explique Sandy Capaldi, une psychiatre, interrogée par CNN.

Pour minimaliser au maximum le traumatisme, il est essentiel que les adultes leur parlent le plus franchement possible.

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

SAUVETAGE Ce drame, ajouté au retour de la pluie qui rend vain le pompage de l’eau qui bloque l’accès à cette profonde grotte, rend la situation plus urgente que prévu jusque-là…

La situation se complique.

Ce drame vient rappeler la difficulté du parcours de plongée que vont vraisemblablement devoir effectuer les douze enfants et leur entraîneur de foot.

Les secours espéraient jusqu’ici pouvoir, à l’aide de pompes, faire baisser à temps le niveau de l’eau de façon suffisante pour que les enfants n’aient que pas ou peu de plongée à effectuer.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

VIDÉO – Un plongeur venu les ravitailler en oxygène est décédé sur le chemin du retour.

Un plongeur venu ravitailler les 12 enfants et leur coach, coincés depuis maintenant 13 jours, est mort sur le chemin du retour.

Il faut onze heures à un plongeur aguerri pour faire l’aller-retour jusqu’aux enfants: six heures aller, cinq heures retour grâce au courant.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Les secouristes passaient au crible jeudi les pistes possibles pour évacuer les douze enfants et leur entraîneur de football piégés depuis 12 jours dans une grotte inondée en Thaïlande, livrant une course contre la montre devant le risque de montée des eaux, avec le retour prévu de la pluie.

« Notre plus grande inquiétude, c’est la météo… Nous avons mené une course contre la montre, maintenant nous sommes engagés dans une course contre l’eau », a déclaré Narongsak Osotthakorn, chef de la cellule de crise.

C’est déjà à cause de ces pluies de mousson que les enfants se sont retrouvés au piège de la grotte le 23 juin, après avoir décidé, pour une raison encore non élucidée, de s’y rendre après l’entraînement de foot, avec leur jeune coach de 25 ans.

Lire la suite sur www.rtbf.be…