En visite à Gaza, le premier ministre palestinien échappe à un attentat

Le convoi du premier ministre palestinien venait tout juste de pénétrer dans la bande de Gaza par le terminal frontalier d’Erez, mardi, lorsqu’une bombe placée sur le bord de la route a explosé à son passage.

Rami Hamdallah, qui prévoyait d’assister à l’inauguration d’une station d’épuration dans le nord de l’enclave, a pu atteindre le site sain et sauf, mais plusieurs de ses gardes du corps ont été légèrement blessés.

À l’occasion de sa réunion hebdomadaire, le gouvernement de Rami Hamdallah a examiné un projet de budget 2018 qui prévoit la réintégration de 20.000 fonctionnaires embauchés par le Hamas.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Ces dernières semaines, les observateurs du marigot politique palestinien prenaient la précaution d’écrire la «réconciliation» entre l’Autorité palestinienne (dominée par le Fatah) et le Hamas en mettant des guillemets, quand ils n’en parlaient pas avec un sourire dépité qui en disait long.

Le contraste est saisissant avec les scènes de liesse vues début octobre au même endroit, à l’annonce du rapprochement, signé sous l’égide de l’Egypte, entre les deux factions ennemies, après dix ans de lutte fratricide qui ont fracturé durablement l’unité palestinienne et dégradé la situation humanitaire à Gaza.

«Lâche attentat»
Après quelques petites avancées début novembre, notamment sur le contrôle des postes-frontières, la réconciliation s’est finalement enlisée, le transfert du contrôle du territoire et la collecte des taxes du Hamas à l’Autorité palestinienne repoussés sine die.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Un nuage de fumée sombre s’élève à l’horizon, des passants toussent, des policiers courent dans un accès de panique vers le lieu de l’explosion : une bombe artisanale a visé le convoi du premier ministre palestinien Rami Hamdallah, mardi 13 mars, alors qu’il venait de pénétrer dans la bande de Gaza, par le point de passage d’Erez.

Le Hamas fait ainsi référence au processus politique engagé depuis octobre 2017, à l’instigation de l’Egypte, pour surmonter les divisions entre factions et permettre à l’AP de reprendre le contrôle de la bande de Gaza.

Le plus grave incident depuis cinq mois à Gaza
« Nous ne laisserons personne détruire le projet national palestinien », a déclaré Rami Hamdallah.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Une explosion s’est produite mardi sur une route de la bande de Gaza peu avant le passage du convoi du Premier ministre palestinien Rami Hamdallah, qui n’a pas été touché.

L’Autorité palestinienne a imputé aux islamistes du Hamas la responsabilité de cette explosion qui, ajoute-t-elle dans un communiqué, « visait » le chef du gouvernement.

Rami Hamdallah, dont les bureaux sont basés en Cisjordanie, se déplaçait dans la bande de Gaza pour l’inauguration d’une usine de traitement des déchets.

Lire la suite sur www.rtbf.be…