En Syrie, après les frappes, une carte diplomatique incertaine

Emmanuel Macron espère associer la Russie à une relance du processus politique sur la Syrie.

Il a appelé aussitôt Theresa May puis Emmanuel Macron pour les féliciter de la participation du Royaume-Uni et de la France à l’opération.

« Nous étions arrivés à un moment où cette frappe était indispensable pour pouvoir redonner de la crédibilité à la parole de notre communauté internationale », a expliqué Emmanuel Macron, dimanche 15 avril, lors de son interview à BFM et Médiapart dans sa première déclaration publique depuis l’intervention.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Quelques heures après l’interview où le président français déclarait qu’il avait « convaincu » Donald Trump de maintenir ses troupes en Syrie, la Maison Blanche s’est fendue d’un communique… qui dit exactement le contraire.

Sur le plateau de BFMTV/RMC quelques instants plus tôt, le président français avait au contraire affirmé qu’il avait fait changer d’avis son homologue américain: « Il y a 10 jours, le président Trump disait: les États-Unis d’Amérique ont vocation à se désengager de la Syrie, nous l’avons convaincu, nous l’avons convaincu qu’il était nécessaire d’y rester (…), je vous rassure, nous l’avons convaincu qu’il fallait rester dans la durée », avait déclaré Emmanuel Macron.

« Nous avons un objectif militaire et un seul »

Ce lundi 16 avril, Emmanuel Macron a cependant réaffirmé à l’issue d’un entretien avec la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern à l’Elysée: « Nous avons un objectif militaire et un seul: la guerre contre Isis » (acronyme anglais du groupe Etat islamique ou Daech).

Lire la suite sur www.huffingtonpost.fr…

Le bilan semble mince depuis le début des rodomontades du président américain : les tarifs contre la Chine attendent toujours d’être mis en place, la renégociation de l’accord commercial avec la Corée du sud s’est traduite par des aménagements relativement mineurs et les principaux alliés des États-Unis ont été exemptés, pour l’instant, des taxes contre l’acier et l’aluminium.

« NOUS AVONS PLUS DE 100 DOSSIERS »

Le secrétaire au Commerce Wilbur Ross a affirmé récemment devant le Congrès qu’il avait pratiquement doublé le nombre de ce type d’initiatives par rapport à l’administration précédente de Barack Obama.

La Commission américaine du commerce international (USITC), un organisme indépendant, n’hésite pas à retoquer des dossiers soumis par le ministère.

Lire la suite sur www.boursorama.com…

La mission des forces américaines déployées en Syrie « n’a pas changé » et le président Donald Trump veut qu’elles rentrent aux Etats-Unis « dès que possible », a déclaré dimanche la Maison Blanche.

« Le président a dit clairement qu’il veut que les forces américaines rentrent dès que possible », indique dans un communiqué la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

Ce communiqué intervient quelques heures après que le président français Emmanuel Macron a affirmé avoir convaincu Donald Trump de la nécessité de maintenir des forces sur place.

Lire la suite sur www.rtbf.be…

Emmanuel Macron a assuré dimanche avoir convaincu le président des États-Unis de maintenir ses troupes en Syrie, ce que réfute Donald Trump.

Lors de son entretien face aux journalistes Edwy Plenel (Mediapart) et Jean-Jacques Bourdin (BFMTV), dimanche, Emmanuel Macron a assuré avoir convaincu Donald Trump de rester présent dans le pays de Bachar el-Assad.

LIRE AUSSI – Ce qu’il faut retenir de l’interview de Macron face à Bourdin et Plenel

«Il y a 10 jours, le président Trump disait que les États-Unis d’Amérique avaient vocation à se désengager de la Syrie.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…