En Espagne, Maxim Huerta, première victime de la tolérance zéro de l’ère Sanchez

Lire aussi :   Le nouveau gouvernement espagnol, un antidote au populisme

A l’époque, l’éphémère ministre avait créé une société destinée à percevoir ses honoraires de manière à abaisser considérablement le montant de ses impôts.

Une pratique courante dans les milieux audiovisuel, artistique et sportif et dont s’est défendu M. Huerta lors de l’annonce de sa démission :

En Espagne, on ne plaisante plus avec l’intégrité morale et financière des élus.

A la moindre tache, les médias en font les gros titres, et les réseaux sociaux s’enflamment en brandissant, dès qu’un élu tarde à démissionner, l’exemple de la Suède ou d’autres pays du nord de l’Europe.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Le ministre de la Culture espagnol Maxim Huerta a démissionné mercredi une semaine après sa nomination, suite à des révélations sur ses déboires passés avec le fisc, un premier coup dur pour le tout nouveau gouvernement du socialiste Pedro Sanchez.

Société écran

C’est le journal en ligne El Confidencial qui a lâché cette bombe politique en révélant mercredi que Huerta avait été contraint de payer l’an dernier plus de 360 000 euros au fisc après avoir déclaré, entre 2006 et 2008, ses revenus personnels à travers une société écran pour payer moins d’impôts.

Le gouvernement a annoncé dans la soirée le nom du nouveau ministre, José Guirao, qui a été à la tête du musée madrilène Reina Sofia de 1994 à 2001.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Toute la presse espagnole écrit ce jeudi 14 juin que le titulaire du portefeuille de la Culture et des Sports du tout nouveau gouvernement socialiste, Màxim Huerta, aura été le ministre à exercer le moins longtemps sa charge depuis le retour de la démocratie.

Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, “expulse Huerta pour avoir fraudé le fisc”, titre en une El Periódico de Catalunya, qui précise : “Sept jours, le mandat le plus bref d’un ministre”.

La veille dans la matinée, le site El Confidencial révélait que le ministre, écrivain et journaliste, avait été condamné l’an dernier pour avoir fraudé le fisc entre 2006 et 2008.

Lire la suite sur www.courrierinternational.com…