Emmanuel Macron paiera désormais l'ISF

Le ministre a alors «déposé une déclaration rectificative pour les années 2013 et 2014», selon Mediapart, qui précise que «le rattrapage devrait toutefois rester inférieur à 10.000 euros, intérêts ou pénalités compris», étant donné le faible taux de taxation appliqué sur les premières tranches de l’ISF.

Si le ministre a réaffirmé son attachement à «la transparence dans la vie publique» et au «contrôle régulier et intransigeant de tous les dirigeants publics», il a regretté une forme de «déballage».

Je ne compte pas, contrairement à ce que certains service ou responsables ont décidé de faire, briser le secret fiscal en ce qui me concerne.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

«Si on a une préférence pour le risque face à la rente, ce qui est mon cas, il faut préférer la taxation sur la succession aux impôts de type ISF», théorisait ainsi le ministre en avril, dans un entretien à la revue professionnelle Risques, sans rien dire du dialogue engagé avec le fisc sur son cas particulier.

L’auteur de ce qui n’était alors perçu que comme un nouveau coup de canif dans le corpus idéologique de la gauche, s’était alors attiré les foudres immédiates de Manuel Valls : «Supprimer l’impôt sur la fortune, qu’on peut toujours améliorer, rendre plus efficace d’un point de vue économique, serait une faute», avait rétorqué le Premier ministre.

Quelques jours après son altercation avec un syndicaliste sur la façon de se payer un «costard», l’affaire, à l’évidence, tombe mal.

Lire la suite sur www.liberation.fr…

Paris (AFP) – Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron va devoir payer de façon rétroactive l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), des vérifications menées par le fisc ayant conduit à réévaluer le patrimoine de son couple, a-t-on appris mardi de source proche du dossier, confirmant des informations de presse.

Mais selon Mediapart, « les vérifications entreprises » après son arrivée à Bercy, dans le cadre des mesures de transparence mises en place par le gouvernement après l’affaire Cahuzac, ont conduit le fisc à réévaluer son patrimoine, lui faisant « franchir le seuil de l’ISF ».

Interrogé en marge d’une visite d’usine à Saint-Amand (Nord) sur ces informations révélées par Mediapart et Le Canard Enchaîné, le ministre de l’Economie, visiblement agacé de devoir s’exprimer sur le sujet, a assuré n’avoir « fait l’objet d’aucun redressement fiscal », sans toutefois démentir être désormais assujetti à l’ISF.

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

Le ministre de l’Économie, qui avait dit «  préférer la taxation sur la succession aux impôts de type ISF », est lui-même désormais assujetti à l’ISF, révèle Mediapart.

>> A lire aussi : Manuel Valls recadre Emmanuel Macron sur l’ISF
Emmanuel Macron a ainsi franchi le seuil de l’ISF fixé à 1,3 million d’euros d’actifs nets taxables.

Le barème de l’ISF étant faible sur les premières tranches du patrimoine (en dessous de 5 millions d’euros), le rattrapage pour le ministre devrait être inférieur à 10 000 euros.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Selon Mediapart, « les vérifications entreprises » après son arrivée à Bercy, dans le cadre des mesures de transparence mises en place après l’affaire Cahuzac, ont conduit le fisc à réévaluer son patrimoine, lui faisant « franchir le seuil de l’ISF ».

Selon le Canard enchaîné, le litige avec le fisc, qui a donné lieu à plus d’un an et demi de discussions, a porté en particulier sur la valeur de la demeure de son épouse au Touquet (Pas-de-Calais).

A LIRE AUSSI >> PHOTOS – Emmanuel Macron et ses phrases pas vraiment de gauche
Un rattrapage de moins de 10.000 euros
Le ministre « a finalement admis qu’il devait payer l’ISF et déposé une déclaration rectificative pour les années 2013 et 2014 », poursuit le site d’information, qui précise néanmoins que le rattrapage devrait « rester inférieur à 10.000 euros, intérêts ou pénalités compris ».

Lire la suite sur www.metronews.fr…

« Après un an et demi de discussions avec le fisc, ayant porté en particulier sur la valeur de la demeure de son épouse au Touquet, Emmanuel Macron a finalement admis qu’il devait payer l’ISF et déposé une déclaration rectificative pour les années 2013 et 2014 », affirme le site d’information.

Le patrimoine du ministre et de son épouse a été réévalué, lui faisant franchir le seuil de l’ISF, fixé à 1,3 million d’euros.

« Le barème de l’ISF étant faible sur les premières tranches du patrimoine (inférieur à 1 % jusqu’à 5 millions d’euros), le rattrapage pourrait toutefois rester inférieur à 10 000 euros, intérêts ou pénalités compris », ajoute Mediapart, qui a sollicité le cabinet d’Emmanuel Macron, qui n’a pas souhaité faire de commentaire, arguant du « secret fiscal ».

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Au moment d’arriver à Bercy, Emmanuel Macron n’y a pas échappé.

Le ministre estimait alors qu’il n’avait pas à payer l’ISF, dont le seuil est fixé à 1,3 million d’euros, mais aurait sous-évalué la maison de son épouse de 200 000 euros d’après les chiffres du Canard Enchaîné.

Du côté du cabinet d’Emmanuel Macron, on assure qu’il n’y a pas d’affaire et qu’il s’agit seulement d’une erreur d’estimation.

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

« Je suis pour la transparence dans la vie publique, je suis pour le contrôle régulier et intransigeant de tous les dirigeants publics, mais je ne suis pas pour la société du déballage », a réagi ce mardi Emmanuel Macron, se disant attaché, « comme tous les citoyens », au « secret fiscal ».

a poursuivi le ministre, évoquant « le fait que ces derniers jours et ces dernières semaines », « il y ait un emballement sur à peu près tous les sujets pour essayer de (le) déstabiliser ».

Un message relayé par le député PS Pascal Terrasse, proche du ministre, qui considère que ce dernier est « la cible d’attaques parce qu’il dérange ».

Lire la suite sur france3-regions.francetvinfo.fr…