Disparition de Jamal Khashoggi : Trump réclame des explications à Riyad

Lire la suite sur www.leparisien.fr…

Personne ne sait encore, du reste, si Jamal Khashoggi a été assassiné, comme le croient les autorités turques, ou s’il a été conduit de force en Arabie saoudite pour y être emprisonné, comme l’ont été ces derniers mois une quinzaine de journalistes et blogueurs locaux.

Une certitude : la police turque a révélé qu’un groupe de 15 Saoudiens avait fait l’aller-retour à Istanbul et au consulat le jour de la disparition.

Des images de vidéosurveillance montrent aussi qu’un van est entré dans le consulat cet après-midi-là, pour en ressortir et se rendre ensuite au domicile du consul.

Lire la suite sur www.lci.fr…

La télévision turque a aussi diffusé les images de vidéosurveillance sur lesquelles on les voit arriver à l’aéroport d’Istanbul (Turquie), leur passage à la douane puis un van qui les conduit au consulat avant d’en ressortir pour embarquer vers l’Arabie saoudite.

Le jour même où Jamal Khashoggi, journaliste dissident, a disparu.Trump soucieux de son sortLa dernière fois qu’il a été vu, c’est en entrant le 2 octobre au consulat d’Arabie saoudite, où il est venu chercher des documents administratifs.

Dans ses articles, il attaque souvent la politique de Mohammed Ben Salmane, le prince héritier du royaume saoudien.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

Après avoir évoqué un cas de rétention, puis d’enlèvement, les autorités turques parlent maintenant d’une opération commando, orchestrée depuis Riyad, qui aurait mené à la liquidation du journaliste et au démembrement de son corps.

Au mois d’août déjà, ­lors­qu’il avait fallu réagir à un nouveau carnage perpétré par l’aviation saoudienne au Yémen, les communicants du Quai d’Orsay avaient pris soin de ne pas mentionner le nom du royaume.

La leçon infligée par Riyad au Canada, privé de contrats en juillet pour avoir osé critiquer l’incarcération d’une défenseuse des droits des femmes, a bien été retenue à Paris.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Le président des États-Unis a déclaré mercredi à la presse à Washington s’être entretenu « au plus haut niveau » avec les Saoudiens, et ce « plus d’une fois », au sujet de Jamal Khashoggi, qui n’a plus donné signe de vie depuis qu’il est entré dans le consulat saoudien d’Istanbul le 2 octobre.

La Maison Blanche a précisé que deux des plus proches conseillers du président, son gendre Jared Kushner et le responsable du conseil de Sécurité nationale John Bolton, avaient parlé mardi au prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a tenu à « réitérer » les demandes de Washington: « des détails » sur la disparition et « la transparence du gouvernement saoudien concernant l’enquête ».

Lire la suite sur www.la-croix.com…