Deux journalistes britanniques arrêtés pour "participation à des activités terroristes" pour Daech

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Un tribunal de Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie, a décidé lundi de maintenir en détention deux journalistes britanniques travaillant pour Vice News, arrêtés la semaine dernière, les inculpant « d’activités terroristes », a rapporté un correspondant de l’AFP.

« La décision de détenir ces journalistes est mauvaise, quant aux allégations de soutien à l’organisation État islamique, elles sont sans fondement, scandaleuses et étranges ».

Les deux journalistes et leur traducteur irakien ont été accusés de « participer à des activités terroristes » pour le compte du groupe Etat Islamique, selon le tribunal.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Pour conserver le précédent brouillon, cliquez sur annuler. 22H10
Migrants morts dans un camion en Autriche : manifestations à Vienne 21H35
Un homme d’affaires soupçonné de trafic de diamants et esclavage au… 21H25
Livre contre le roi du Maroc : 3 versions d’une même scène ! 21H19
Hongrie : 400 migrants ont finalement pu rejoindre la Bavière 20H41
Turquie : deux journalistes de Vice News inculpés de « terrorisme » 19H52
Calais : Valls annonce la construction d’un campement humanitaire 19H40
Migrants – Merkel : « Trouver une solution en bons camarades » 19H34
Ukraine : flambée de violences devant le Parlement 19H31
La déclaration de naissance par SMS voit le jour au Burkina Faso 19H24
Ukraine: dates-clés depuis la chute de Ianoukovitch 19H16
Espagne: cinq morts et six blessés dans l’explosion d’une usine de… 19H09
Plusieurs centaines de migrants arrivent en gare de Vienne, venant… 18H53
Piratage informatique: Washington prépare des sanctions contre des… 18H49
Un enfant et un soldat au centre d’un nouvel épisode de la guerre… 18H21
Cinq questions pour comprendre la crise migratoire 18H01
Zapping du « Point » – Grillades et musculation : les vacances de… 17H54
Thalys: la Belgique veut ficher les passagers des avions et des trains 17H45
Libye: cinq soldats tués dans des violences à Benghazi 17H23
Allemagne: près de 1. 800 passeurs arrêtés depuis le début d’année 17H09
Syrie: le régime inaugure un jardin à la gloire de …

Kim Il-Sung 16H52
Le Pakistan affirme avoir éradiqué le réseau Haqqani de son territoire 16H43
Une équipe consacrée à contrer la propagande russe au sein de l’UE 16H07
Migrants : la crise fait tanguer les relations entre Européens 15H59
Immigration: incidents à la frontière greco-macédonienne, pas de… 15H42
Un train hongrois avec 300 à 400 migrants bloqué à la frontière… 15H26
Deux chasseurs ultra-modernes américains F-22 ont atterri en Pologne 15H21
Migrations: rencontre des Premiers ministres d’Europe centrale à… 15H14
Syrie: Lavrov rencontre une délégation de l’opposition tolérée par… 15H07
Nigeria: près de 80 morts dans l’attaque de trois villages par des… 15H00
Afghanistan: les talibans admettent avoir caché pendant deux ans la…

Les journalistes s’étaient rendus dans le sud-est de la Turquie, région secouée par des violences depuis qu’Ankara a déclenché fin juillet une « guerre contre le terrorisme » visant le groupe EI, mais surtout la guérilla kurde turque du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Vice News a déclaré être en contact avec les autorités compétentes pour obtenir la libération de ses journalistes. « Amnesty International, le Comité pour la protection des journalistes, PEN International et de nombreux autres ont appelé à ce que ces fausses allégations soient abandonnées et à la libération immédiate du groupe de journalistes », écrit le groupe de presse. "We ask for justice and the immediate release of journalists doing their jobs.

Deux journalistes britanniques du groupe de presse Vice News ont été inculpés par la justice turque pour activités terroristes, lundi 31 août.

Jake Hanrahan et Philip Pendlebury avaient été interpellés jeudi soir dans le district de Baglar, dans la province de Diyarbakir, où ils filmaient les combats entre les forces turques et les combattants séparatistes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Les journalistes s’étaient rendus dans le sud-est de la Turquie, région secouée par des violences depuis qu’Ankara a lancé fin juillet une « guerre contre le terrorisme » visant le groupe EI mais surtout la guérilla kurde turque du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).  Amnesty International a appelé à la libération « immédiate » des journalistes, qualifiant les accusations à leur encontre de « scandaleuses et bizarres ».  « C’est un nouvel exemple de la manière dont les autorités turques suppriment les informations qui les embarrassent », a estimé Andrew Gardner, chercheur spécialisé sur la Turquie à Amnesty International.

Vice News, une chaîne d’information sur Internet, a identifié les deux journalistes comme étant Jake Hanrahan et Philip Pendlebury.  La chaîne a précisé dans un communiqué que, selon certaines sources, ils auraient été arrêtés pour avoir filmé sans autorisation gouvernementale, mais qu’ils avaient ensuite été « accusés de soutenir le soi-disant Etat Islamique (EI) ».  Un porte-parole de Vice News a ajouté que les journalistes faisaient face à « des accusations de terrorisme sans fondement ».

Un tribunal de Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie, a décidé aujourd’hui de maintenir en détention deux journalistes britanniques travaillant pour Vice News, arrêtés la semaine dernière, les inculpant « d’activités terroristes ».  Les deux journalistes et leur traducteur irakien ont été accusés de « participer à des activités terroristes » pour le compte du groupe Etat Islamique, selon le tribunal.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Ses cibles : les combattants du groupe Etat Islamique (EI) d’abord – et même si Ankara semble ici jouer un double jeu – mais surtout les rebelles kurdes du parti des travailleurs (PKK), engagés contre Daech, qu’elle tente de présenter comme un groupe terroriste à égal avec l’organisation Etat islamique.   Et dans sa « lutte contre le terrorisme », les raids de l’aviation turque ont…

Les journalistes ont été interpellés alors qu’ils s’étaient rendus dans le sud-est de la Turquie, région secouée par des violences depuis qu’Ankara a déclenché fin juillet une « guerre contre le terrorisme » visant le groupe EI, mais surtout la guérilla kurde turque du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

Turquie : deux journalistes britanniques inculpés de « terrorisme »ACCUSATIONS – Un tribunal turc a décidé lundi d’inculper deux journalistes britanniques de Vice News et leur guide, journaliste également, pour « activités terroristes ».

Lire la suite sur www.metronews.fr…

Aucun détail sur leurs liens présumés avec Daesh n'a filtré. "We ask for justice and the immediate release of journalists doing their jobs. « Amnesty International, le Comité pour la protection des journalistes, PEN International et de nombreux autres ont appelé à ce que ces fausses allégations soient abandonnées et à la libération immédiate du groupe de journalistes », a précisé Vice News, qui est en contact avec les autorités.

L’an passé, le gouvernement d’Erdogan avait été critiqué par l’UE après l’arrestation d’une vingtaine de journalistes accusés d’avoir monté un « syndicat du crime visant à attaquer la souveraineté de l’Etat ».

Jake Hanrahan et Philip Pendlebury, deux journalistes britanniques travaillant pour le groupe de presse américain Vice News, ont été arrêtés et emprisonnés la semaine dernière par la police turque dans le sud-est du pays, affirme Vice News dans un communiqué.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Les deux journalistes et leur traducteur irakien ont été accusés par un tribunal de Diyarbakir, dans le sud-est en majorité kurde, de «participer à des activités terroristes» pour le compte du groupe Etat Islamique (EI).

L’arrestation des journalistes survient dans un contexte de préoccupation croissante pour la liberté de la presse dans la Turquie du président Racep Tayyip Erdogan, où des journalistes sont notamment visés par des procédures judiciaires pour des accusations d’insulte envers le pouvoir. «Les autorités devraient protéger les journalistes qui font leur travail, au lieu de les bâillonner», a affirmé Nina Orgianova, du Comité pour la protection des journalistes.

Amnesty International a appelé à la libération «immédiate» des journalistes, qualifiant les accusations à leur encontre de «scandaleuses et étranges». «C’est un nouvel exemple de la manière dont les autorités turques suppriment les informations qui les embarrassent», a estimé Andrew Gardner, chercheur spécialisé sur la Turquie à Amnesty International.

Lire la suite sur www.lematin.ch…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn