Des médias ne diffuseront plus les photos d'auteurs d'attentats, d'autres tairont aussi leurs noms

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Le cliché a été diffusé dans certains médias comme Le Parisien mais BFM-TV ne voulait pas « véhiculer l’image du jeune beau gosse, souriant montré sur la photo, alors qu’il vient d’égorger quelqu’un » .

Mercredi, le directeur du Monde a estimé que « les sites et journaux qui produisent ces informations ne peuvent s’exonérer d’un certain nombre d’introspections » :
En revanche, ni Le Monde ni BFM-TV ne veut renoncer à donner les noms des auteurs d’attentats.

David Thomson, journaliste à RFI et spécialiste du djihadisme, interrogé par Libération, a aussi relativisé l’intérêt de renoncer aux photos :
Hervé Béroud, de BFM-TV, entend la critique mais répond : « Je ne pense pas que ne pas diffuser les photos des djihadistes va les empêcher d’agir !

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Le 18 juillet 2016, une autre une du même quotidien montrait la tête, plein cadre, d’un autre terroriste, celui de Nice, accompagnée de ces mots : « Lahouaiej Bouhlel, 31 ans, 84 victimes, adoubé par l’EI. »

« Il est temps pour la médiasphère de tirer les conséquences éthiques et politiques face à cette stratégie de la terreur, en refusant leur utilisation comme amplificateurs du crime, en ne leur offrant pas la renommée par l’abjection.

Pourquoi pas un pacte par lequel tous les médias s’engagent à ne mentionner les tueurs que par des initiales, à ne pas publier leurs photos, à ne pas donner de détails biographiques qui permettent de les identifier ? »

Lire la suite sur www.telerama.fr…

Le débat fait rage dans les rédactions françaises, après la décision, ce mercredi, du quotidien Le Monde de ne plus diffuser les photographies des terroristes « pour éviter d’éventuels effets de glorification posthume. »

« Nous voulons aussi éviter de mettre les terroristes au même niveau que les victimes, dont nous diffusons des photos, comme celle du prêtre Jacques Hamel tué mardi à Saint-Etienne-du-Rouvray » a ainsi expliqué directeur de la rédaction de la chaîne, Hervé Béroud, au Monde.

« On ne publiera que le prénom et l’initiale du nom et pas de photo » a tranché François Ernenwein, rédacteur en chef du titre.

Lire la suite sur www.atlantico.fr…

Vous ne verrez plus la photo de terroristes sur BFMTV.

« Nous voulons éviter de faire une mise en avant involontaire de ces gens, avec des photos qui, de plus, sur l’antenne d’une chaîne d’information en continu, reviennent plusieurs fois dans la journée, explique au Monde, Hervé Béroud, le directeur de la rédaction de BFMTV.

Nous voulons aussi éviter de mettre les terroristes au même niveau que les victimes, dont nous diffusons des photos, comme celle du prêtre Jacques Hamel tué mardi à Saint-Etienne-du-Rouvray ».

Lire la suite sur www.programme-tv.net…

Après les attentats de Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray, le débat est relancé dans les médias français, et notamment par Jérôme Fenoglio, directeur de la rédaction du Monde, qui publie ce matin un édito en ce sens.
Une position partagée et adoptée par BFMTV sur tous ses supports.

Des réactions similaires avaient été observées au lendemain de l’attentat du 14-Juillet à Nice, au cours du quel 84 personnes sont tuées par un camion lancé à pleine vitesse sur la promenades des Anglais.

Sur les réseaux sociaux ou via son agence Amaq, l’organisation terroriste diffuse elle-même, à chaque attentat ou presque, les photo des auteurs, rendant caduque toute tentative pour les médias traditionnels de les « occulter ».

Lire la suite sur www.bfmtv.com…

C’est ce qu’a expliqué aujourd’hui Jérôme Fenoglio, directeur du « Monde », dans un long éditorial intitulé « Résister à la stratégie de la haine ».

« Depuis l’apparition du terrorisme de l’EI, ‘Le Monde’ a plusieurs fois fait évoluer ses usages.

Le quotidien n’est pas le seul média à avoir choisi de ne pas montrer le visage du terroriste ayant commis l’attaque d’hier.

Lire la suite sur www.ozap.com…

C’est ce que déclare Jérôme Fenoglio, directeur du Monde, ce matin dans un éditorial intitulé “Résister à la stratégie de la haine”, sur l’édition abonnés du monde.fr.

Suite aux attentats de Nice et à l’assassinat du prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray, Le Monde décide de prendre des mesures pour mener cette “bataille” qui “ne peut être considérée comme la seule affaire des forces armées ou de maintien de l’ordre, des services de renseignement et du personnel politique, analyse le directeur du quotidien.

Mais chercher dans le portrait d’un homme ce qui peut le mener à tuer n’est-il pas le travail des journalistes ?

Lire la suite sur www.lesinrocks.com…

Partager...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn