Des irrégularités signalées lors de la présidentielle en Russie

Le mouvement du principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, empêché de se présenter au scrutin et qui affirme avoir dépêché plus de 33 000 observateurs dans les bureaux de vote, a, lui, rapporté des centaines de cas de fraudes dans plusieurs régions du pays.

Après la Tchétchénie, en #Iakoutie aussi… De nombreux bureaux de vote étant désorm… https://t.co/NLmbSzTUHt
— mandraud (@Mandraud Isabelle)

Dans cette autre vidéo, on voit un homme glisser plusieurs bulletins dans une urne d’un bureau du Daghestan :

Ces fraudes ne sont pas réservées aux régions reculées du Caucase ou d’Extrême-Orient, où elles sont traditionnellement plus nombreuses.

Ce dernier cas a été reconnu comme irrégulier par la Commission électorale centrale et les bulletins ont été annulés.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

L’opposition russe et l’ONG Golos, spécialisée dans la surveillance des élections, ont dénoncé plus d’un millier d’irrégularités lors de l’élection présidentielle en Russie, dimanche 18 mars.

A midi (heure de Paris), dimanche, Golos faisait état de 1 839 cas d’irrégularités au cours du scrutin.

Entraves au travail des observateursLe mouvement du principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny (qui n’a pas pu se présenter à l’élection), affirme de son côté avoir dépêché plus de 33 000 observateurs dans les bureaux de vote russes.

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

L’opposition russe et une ONG ont dénoncé plus d’un millier d’irrégularités lors de la présidentielle de dimanche en Russie, visant surtout à augmenter la participation pour le scrutin au terme duquel Vladimir Poutine devrait largement remporter un quatrième mandat.

L’ONG Golos, spécialisée dans la surveillance des élections et qui dresse une carte des fraudes sur son site internet, faisait dans la matinée de 1839 cas d’irrégularités tels que du bourrage d’urne, des cas de votes multiples ou des entraves au travail des observateurs.

Golos s’est inquiétée notamment d’informations faisant état de contraintes exercées par des employeurs ou universités forçant employés et étudiants à voter non pas à leur lieu de domicile mais sur leur lieu de travail ou d’étude, « où l’on peut contrôler leur participation au scrutin ».

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…