Cyberharcèlement : des journalistes de Libération et des Inrocks mis à pied « à titre conservatoire »

Libération a annoncé lundi la mise à pied « à titre conservatoire » de ses journalistes Alexandre Hervaud et Vincent Glad, dont les noms apparaissent dans l’affaire de cyberharcèlement sur les réseaux sociaux par le groupe « Ligue du LOL », qui a éclaté ce week-end.

C’est justement un article du site de fact-checking de Libération « Checknews » de vendredi qui a mis au jour l’existence d’un groupe Facebook privé, baptisé « Ligue du LOL », regroupant une trentaine de journalistes et communicants, accusés d’avoir cyberharcelé d’autres journalistes et blogueurs, notamment des femmes et des militantes féministes, au début des années 2010.

Parmi les victimes, la vidéaste Florence Porcel a raconté qu’outre un « harcèlement en groupe sur Twitter », et un canular téléphonique humiliant mis en ligne, où l’un d’eux se faisait passer pour un recruteur, les harceleurs étaient venus « physiquement » la voir sur son lieu de travail.

Lire la suite sur www.europe1.fr…

Lundi 11 février au matin, Alexandre Hervaud, numéro 3 du Web de Libération, et Vincent Glad, collaborateur pigiste du journal, ont été mis à pied « à titre conservatoire ».

« Je présente mes excuses aussi sincères que tardives aux personnes qui, à un moment ou à un autre, ont été blessées par mes mots en quasi onze ans d’activité sur Twitter », a écrit Alexandre Hervaud dans un long texte publié sur le réseau social.

Vincent Glad, fondateur du groupe Facebook intitulé la Ligue du LOL, a lui aussi publié un long texte sur Twitter, dans lequel il explique avoir « créé un monstre qui [lui] a totalement échappé », avant de présenter ses excuses.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

Vincent Glad, créateur d’un groupe Facebook privé, appelé « La Ligue du LOL » mis en cause pour avoir pris pour cible de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux, a présenté ses excuses sur Twitter, dimanche 10 février.Ce groupe Facebook rassemble notamment des journalistes accusés d’avoir moqué et insulté de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux entre la fin des années 2000 et le début des années 2010.

pic.twitter.com/UajOC0bi0h— Vincent Glad (@vincentglad) 10 février 2019″Ce qui s’est passé n’est pas tolérable »Le journaliste décrit ce groupe comme « un grand bac à sable », « une grande cour de récré », dont l’objectif « n’était pas de harceler les femmes », mais « seulement de s’amuser ».

Puis à la lumière des témoignages publiés, Vincent Glad fait son mea culpa : « Je ne peux que constater que je me suis profondément trompé. »

Lire la suite sur www.francetvinfo.fr…

Les journalistes sont soupçonnés d’avoir participé à des campagnes de cyberharcèlement contre des journalistes – hommes ou femmes – ces dernières années via un groupe Facebook intitulé « La ligue du lol ».

»

LIRE AUSSI – « Ligue du LOL », l’affaire de cyberharcèlement qui ébranle les réseaux sociaux

Cette mise à pied a été décidée dans le cadre de l’enquête interne qui a été lancée à Libération.

Alexandre Hervaud et Vincent Glad ont présenté dimanche leurs excuses sur Twitter pour avoir participé à ce groupe et avoir contribué au harcèlement dont se disent victimes des dizaines de personnes.

Lire la suite sur www.lefigaro.fr…

Lire la suite sur www.leparisien.fr…