Crise politique en Italie : enfin une avancée ?

« Toutes les conditions sont réunies pour un gouvernement politique M5S/Ligue », ont annoncé Luigi di Maio et Matteo Salvini dans un communiqué transmis par le M5S.

La présidence italienne a annoncé jeudi la convocation pour 21 heures (19 heures GMT) de Giuseppe Conte, le juriste novice en politique choisi par les antisystème et l’extrême droite, qui devrait être chargé une seconde fois de former un gouvernement.

L’idée d’un gouvernement d’union M5S-Ligue avait été abandonnée dimanche soir à la suite du veto spectaculaire de Sergio Mattarella à la nomination à la tête du ministère de l’Économie et des Finances de Paolo Savona, un économiste qui considère l’euro comme « une prison allemande ».

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Les chefs de file des deux partis se sont réunis jeudi après-midi pour tenter de s’accorder sur un nouvelle proposition d’un gouvernement d’union, sous l’œil vigilant du président de la République qui exige des garanties sur le maintien dans l’euro.

L’idée d’un gouvernement d’union M5S-Ligue avait pourtant été abandonnée dimanche soir à la suite du veto spectaculaire du président Mattarella à la nomination à la tête du ministère de l’économie et des finances de Paolo Savona, un économiste qui considère l’euro comme « une prison allemande ».

Le chef d’Etat avait alors chargé lundi Carlo Cottarelli, un économiste, de former un gouvernement d’experts en attendant de nouvelles élections.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…

La nouvelle est devenue officielle à 19 heures 10 : une note conjointe, signée par Matteo Salvini et Luigi Di Maio certifie que « l’accord est fait pour un ‘gouvernement politique’ ( donc non technique) entre le Movimento5Stelle et la Ligue avec Giuseppe Conte comme président du Conseil ».

Il semble donc – et il vaut mieux continuer d’utiliser le verbe « semble »  jusqu’au vote de confiance – que les ministères « chauds », c’est-à-dire ceux qui ont un rapport direct avec l’euro et l’Europe, aient été équitablement partagés :

– Le ministre de l’Economie Giovanni Tria est un professeur de l’Université romaine Tor Vergata , et se présente comme un Européen « moyen ».

– Le ministre des Affaires étrangères Enzo Moavero Milanesi est au contraire un Européen convaincu, un juriste très estimé dans les milieux bruxellois (il a d’ailleurs été ministre autrefois dans les gouvernements Monti et Letta).

Lire la suite sur www.nouvelobs.com…

Le ministre de l’Economie désigné, Pablo Savona, qui a fait tout capoter, plaide en effet pour une sortie de l’Italie de la zone euro.

Le président italien a jugé que cela menaçait l’Italie et il a nommé un gouvernement de technicien avec comme Premier ministre, Carlo Cottarelli, un ancien chef du FMI.

Une décision qui suscite une volée de critiques de la part de  » La Ligue  » et du  » Mouvement 5 étoiles  » qui hurlent à l’assassinat démocratique.

Lire la suite sur www.rtbf.be…