Crise du Golfe : le président Erdogan ne lâche pas son allié stratégique qatari

Principal allié arabe de la Turquie, avec lequel il est lié depuis 2014 par un accord militaire de défense, le Qatar peut compter sur le soutien inconditionnel du président turc Recep Tayyip Erdogan, depuis le début de la crise du Golfe.

C’est une forme « d’irrespect pour la Turquie », a tonné Recep Tayyip Erdogan, qui dès le début de la crise diplomatique qui secoue le Golfe depuis le 5 juin, s’est résolument rangé du côté de son allié qatarien qui soutient comme lui la rébellion face au régime de Bachar al-Assad, et plus globalement les Frères musulmans dans la sphère islamique.

À voir sur France 24   Crise diplomatique dans le Golfe : les raisons de la colère
Dans un exercice d’équilibriste inconfortable, la Turquie, qui entretient des rapports privilégiés avec Doha, s’est toutefois gardée de critiquer frontalement l’Arabie saoudite, se bornant à appeler Ryad à un règlement de la crise.

Lire la suite sur www.france24.com…

Mis au ban diplomatique par Ryad et ses alliés, le Qatar, pays gazier parmi les plus riches du monde, est accusé de « soutenir le terrorisme ».

Officiellement, il est accusé par l’Arabie saoudite et ses alliés de « soutien au terrorisme », autrement dit d’être en lien avec les organisations djihadistes Al-Qaïda, le groupe État islamique (EI) et les Frères musulmans, confrérie soutenue par le Qatar pendant les printemps arabes et considérée comme une organisation terroriste par les autres pays du Golfe.

LIRE AUSSI >> Les voisins du Qatar posent 13 conditions pour mettre fin au blocus
Dans les 13 demandes qui lui ont été remises, le Qatar est aussi appelé à expulser les membres ou les éléments liés aux Gardiens de la révolution, armée d’élite de la République islamique d’Iran, se trouvant sur son sol, rapportent des médias.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé dimanche que l’ultimatum présenté par l’Arabie saoudite et ses alliés au Qatar, qu’ils accusent de « soutenir le terrorisme », était « contraire au droit international ».

« Nous soutenons (la position du Qatar) parce que nous considérons que la liste de 13 demandes est contraire au droit international », a déclaré le chef de l’État turc, cité par l’agence gouvernementale Anadolu.

Doha a affirmé samedi que ces demandes, parmi lesquelles la fermeture de la chaîne Al-Jazeera, la réduction des relations avec l’Iran ou la fermeture de la base turque au Qatar, n’étaient « pas raisonnables ».

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

#Turquie Le président turc Erdogan soutient le Qatar contre l’ultimatum des pays du GolfePublié le 25/06/17 à 9:48(AP/SIPA)Le président turc Recep Tayyip Erdogan (photo) a estimé ce dimanche que l’ultimatum présenté par l’Arabie saoudite et ses alliés au Qatar, qu’ils accusent de « soutenir le terrorisme », était « contraire au droit international ».

« Nous soutenons (la position du Qatar) parce que nous considérons que la liste de 13 demandes est contraire au droit international », a déclaré le chef de l’Etat turc, cité par l’agence progouvernementale Anadolu.Doha a affirmé hier que ces demandes, parmi lesquelles la fermeture de la chaîne Al-Jazeera, la réduction de des relations avec l’Iran ou la fermeture de la base turque au Qatar, n’étaient « pas raisonnables ».

L’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte ont accordé au Qatar un délai de 10 jours pour satisfaire à ces demandes, une requête jugée irréaliste par Doha.Erdogan a estimé que l’exigence d’un retrait des troupes turques du Qatar était une forme « d’irrespect pour la Turquie ».

Lire la suite sur tempsreel.nouvelobs.com…

ISTAMBOUL — Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a rejeté, dimanche, l’appel des principaux pays arabes demandant à la Turquie de retirer ses troupes au Qatar, soutenant que la liste de demandes de ces derniers mine la souveraineté du petit pays du golfe.

Prenant la parole après les prières des célébrations de la fin du ramadan, le président Erdogan a qualifié la demande des pays arabes d’«irrespectueuse», ajoutant que la Turquie n’allait pas demander la permission d’autres pays quand vient le temps de conclure des accords de coopération en matière de défense.

La Turquie continuera de soutenir le Qatar, a-t-il assuré.

Lire la suite sur journalmetro.com…

Selon le journal, l’interdiction concerne 12 gardes du corps visés par les mandats d’arrêt émis par la justice américaine suite à l’altercation entre partisans et détracteurs de M.Erdogan qui s’est produite lors de la visite du dirigeant turc à Washington le 16 mai.

Die Welt indique que les services spéciaux allemands redoutent la reproduction des heurts entre pro- et anti-Erdogan lors de la tenue du sommet du G20 à Hambourg.

Selon les autorités, près de 14.000 partisans du PKK résident actuellement en Allemagne, dont environ 600 dans la ville hôte du sommet.

Lire la suite sur fr.sputniknews.com…

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé dimanche qu’il était en bonne santé, après avoir eu un malaise lors de la prière de la fête du Fitr dans une mosquée d’Istanbul.

Selon le quotidien Hurriyet, Recep Tayyip Erdogan a dû recevoir des soins médicaux après avoir eu «un bref malaise» lors de la grande prière à la mosquée Mimar Sinan.

Le président turc a précisé qu’il assisterait dans l’après-midi à une cérémonie organisée par son parti, au pouvoir, pour marquer la fin du mois de jeûne du Ramadan.

Lire la suite sur www.tdg.ch…

Le président de la République turque Recep Tayyip Erdogan a fait savoir qu’ils n’autoriseraient jamais la création d’un état terroriste au nord de la Syrie.

Le chef d’Etat turc s’est exprimé lors de la cérémonie d’échanges de voeux de l’Aid al-Fitr au palais des congrès de Halic.

“Nous avons empêché la tentative de formation d’un couloir terroriste en Syrie avec l’opération Bouclier de l’Euphrate mais ceux que nous croyions nos alliés coopèrent avec l’organisation terroriste.

Lire la suite sur www.trt.net.tr…