Coupe du monde 2018: A peine viré, l’ex sélectionneur de l’Espagne est déjà à Madrid!

L’ex-sélectionneur espagnol, viré mercredi 13 juin, Julen Lopetegui a déjà posé ses bagages dans la capitale espagnole, où il officiera en tant que coach du Real la saison prochaine.

Pas de temps à perdre donc ni de déprime au bord de la fenêtre à manger des pots de glace, le futur c’est déjà maintenant.

Il a quand même pris le temps de lâcher un petit mot pour la sélection espagnole, bien dans le pétrin : « Je suis très triste.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Foot – Mercato – Real Madrid

Mercato – Real Madrid : Ce témoignage fort après le coup de tonnerre Lopetegui !

Publié le 14 juin 2018 à 7h30 par A.M.
Après l’annonce du départ de Julen Lopetegui, Joachim Löw, sélectionneur allemand, assure que cela n’aura pas d’impact sur l’Espagne.

Mardi soir, le Real Madrid a annoncé avoir trouvé un accord avec Julen Lopetegui pour en faire le successeur de Zinedine Zidane.

Lire la suite sur le10sport.com…

Le titre s’étale sur toutes les manchettes de la presse espagnole, depuis la destitution, hier, du sélectionneur de la Roja Julen Lopetegui.

Après avoir tranché celle de Lopetegui, la Fédération a appelé en urgence un homme de la maison pour diriger la Roja : Fernando Hierro, ex-défenseur central international et légende du Real Madrid, qui occupait jusqu’à hier le poste de directeur technique.

La question à se poser est alors celle du prix à payer de la décision prise par la Fédération.

Lire la suite sur www.ladepeche.fr…

Coup de tonnerre dans le monde du football ce mercredi: l’entraineur de l’Espagne, Julen Lopetegui, est remercié par la fédération espagnole de football.

En fait, Julen Lopetegui n’avait pas prévenu la fédération espagnole qu’il était en contact avancé avec le Real Madrid, et qu’après la Coupe du monde, il allait rejoindre le club.

On imagine que c’est une décision qui, à quelques heures du débat du Mondial, aura de lourdes conséquences…

« Oui, si le Real et la fédération voulaient faire capoter le mondial de l’Espagne, ils ne s’y seraient pas pris autrement.

Lire la suite sur www.rtbf.be…

Merci pour les neuf victoires en dix matchs lors des qualifications, mais le technicien de 51 ans – qui venait pourtant de prolonger son contrat jusqu’en 2020 – s’est mis dans une situation inextricable depuis l’annonce mardi de sa nomination comme entraîneur du Real Madrid.

Lire aussi :   Tout savoir sur l’Espagne à la Coupe du monde 2018 de football

Cette situation inédite est la conséquence d’un effet papillon dont le battement d’ailes initial est la démission surprise de Zinédine Zidane de son poste d’entraîneur du Real, le 31 mai.

« La fédération ne peut pas rester en marge d’une négociation avec un de ses employés et découvrir un accord cinq minutes avant un communiqué officiel [du Real] », a expliqué Luis Rubiales, pourtant réputé entretenir de bonnes relations avec le club madrilène et son président, Florentino Perez.

Lire la suite sur www.lemonde.fr…