Coupe Davis: «Je n’ai aucune certitude sur rien », Noah a l’air moyennement sûr de lui avant la Belgique

4

Le Grand Timonier du tennis français venait acter son retour aux affaires pour enfin faire gagner la Coupe Davis à cette bande d’incapables de mousquetaires, et les suiveurs avaient des étoiles jusque dans le fond de la pupille.

Venu se plier à une conférence de presse pour annoncer le groupe amené à défier la Belgique la semaine prochaine à Lille, une formalité vite expédiée (Tsonga et Pouille en simple, Mahut-Herbert en double, Gasquet et Benneteau en remplaçants, comme attendu), le capitaine tricolore a semblé moyennement convaincu de la fin de l’histoire.

Il reste un peu de mystique, « le souvenir de belles aventures entre copains » qui ont cimenté les plus belles conquêtes, celles de 91 ou de 96 qu’on agite comme des vieilles photos de famille jaunies par le temps.

Lire la suite sur www.20minutes.fr…

Aucune certitude sur rien », a-t-il botté en touche, tout en avouant qu’il avait « réfléchi à la question » ces dernières semaines.

EDEN School Publicité
EDEN School L'école digitale et numérique des 14/18 ans en rupture scolaire

Si cette question se pose, c’est surtout parce que Yannick Noah est apparu plein de lassitude lors de la demi-finale contre la Serbie au mois de septembre.

Sa communication avait laissé tout le monde sceptique, son attitude sur la chaise aussi, avec ces longues plages de silence entre lui et ses joueurs, notamment Jo-Wilfried Tsonga et Lucas Pouille.

Lire la suite sur www.eurosport.fr…

Lire la suite sur www.ouest-france.fr…