Coup de force au Zimbabwe: les principaux acteurs

La confusion régnait jeudi au Zimbabwe, plus de vingt-quatre heures après un coup de force inédit de l’armée qui a placé le président Robert Mugabe en résidence surveillée.

Le « crocodile » Mnangagwa
Compagnon de lutte de Robert Mugabe, Emmerson Mnangagwa le « crocodile », 75 ans, a toujours été un de ses proches, n’hésitant pas à user de la violence ou de la fraude pour assoir l’autorité du chef.

Joice Mujuru
Incarnation de l’aile modérée de la Zanu-PF, Joice Mujuru, 61 ans, a fait figure de favorite dans la course à la succession de Robert Mugabe jusqu’à son éviction de la vice-présidence en 2014.

Lire la suite sur www.lepoint.fr…

Les Zimbabwéens se sont de nouveau réveillés jeudi face à un avenir incertain, alors que leur président Robert Mugabe était toujours placé en résidence surveillée par l’armée.

Selon lui, Robert Mugabe, qui jouit toujours d’une certaine popularité, pourrait rester dans le pays au terme des négociations, si l’armée obtenait son départ du pouvoir.

Le 6 novembre, son principal rival, le vice-président Emmerson Mnangagwa, avait de fait été limogé par le chef de l’État au terme d’un bras de fer avec Grace Mugabe et ses soutiens du « G40 » (« génération 40), faction au sein du parti présidentiel.

Lire la suite sur www.jeuneafrique.com…

Après son interdiction, il adhère à l’Union du peuple africain du Zimbabwe (ZAPU) de Joshua Nkomo, avant de fonder avec des dissidents la ZANU (Union nationale africaine du Zimbabwe)

– 1964-74: Mugabe est placé en détention.

Libéré, il prend la direction de la ZANU (interdite) et mène, avec la ZAPU de Joshua Nkomo, la lutte armée contre le régime blanc de Ian Smith.

Mugabe est Premier ministre et son partenaire de lutte, Joshua Nkomo, ministre de l’Intérieur.

Lire la suite sur www.lexpress.fr…

Au Zimbabwe, la situation est étrangement calme dans les rues de la capitale, Harare.

Mis à part la présence de quatre ou cinq militaires à la sortie de l’aéroport et quelques chars dans la ville, on n’a pas du tout l’impression qu’un coup d’Etat est en cours contre le président Robert Mugabe, toujours détenu à son domicile.

Des Zimbabwéens sont restés chez eux par prudence alors que tout le monde semble dans l’expectative en attendant la suite des événements.

Lire la suite sur www.rtbf.be…